Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les professionnels de l'immobilier rêvent d'un mandat exclusif obligatoire

Le Figaro06/10/2016 à 18:13

VIDÉO - En vue des élections présidentielles, l’Union des syndicats d’immeuble réclame un recours obligatoire au mandat exclusif et à un syndic professionnel. Pas sûr que les Français approuvent.

La perspective des élections présidentielles se rapproche et avec elle son lot classique de propositions. Même s’ils ne se font pas trop d’illusions sur l’importance qui sera accordée au logement dans les débats politiques, les professionnels de l’immobilier n’en demeurent pas moins déterminés - comme beaucoup d’autres - à se faire entendre. Et pour cela, rien de mieux que des propositions clivantes.

L’Union des syndicats de l’immobilier (Unis), qui représente les gérants d’immeuble, les agents immobiliers ou encore les syndics de copropriété, vient de publier un manifeste, en vue des élections présidentielles de 2017, où l’organisation décline un certain nombre de mesures pour alerter les dirigeants politiques. «Il y a urgence à redonner de la fluidité au marché, la crise du logement perdure», affirme Christophe Tanay, président de l’Unis.

Parmi ces propositions, l’Unis rêve d’imposer le mandat exclusif pour toutes les ventes. Le syndicat assure que les particuliers y gagneraient en visibilité, en délai de vente et même en frais d’agence. Pas sûr que sur ce dernier point les Français soient convaincus, eux qui critiquent régulièrement ces honoraires bien trop élevés à leur goût. D’ailleurs, la part des mandats exclusifs peinent à décoller et se maintient entre 20 et 25% du total.

Selon l’Unis, un appartement mis en vente dans le cadre d’un mandat exclusif sera cédé en moyenne 105 jours après la commercialisation contre 167 jours pour un mandat simple. «Le mandat exclusif protège les particuliers, l’agence va tout mettre en œuvre pour vendre le bien», explique le président de l’Unis. Dans le cas d’un mandat simple, l’agent sait que le mandat sera diffusé à d’autres personnes et il ne s’en occupera pas». On peut aussi considérer qu’une agence mise en concurrence aura plus de motivation à vendre le bien en premier, au contraire de celle qui est seule à commercialiser l’appartement.

S’attaquer aux 10% de syndics bénévoles

Le syndicat réclame même de rendre obligatoire le recours aux syndics professionnels au détriment des bénévoles. Ces derniers ne gèrent pourtant que 10% des copropriétés sur le territoire. À en croire l’Unis, il ne s’agirait pas d’étendre encore son marché mais de garantir la sécurité, l’efficacité et la fluidité avec un tel choix. Pour autant, un immeuble de petite taille ne se gère pas de la même façon qu’un établissement d’une centaine de lots. «Il est vrai que la gestion d’immeuble d’une dizaine de lots n’est pas rentable pour un syndic professionnel et trop chère pour les copropriétaires», admet Gilles Delestre, président délégué de l’Unis. D’où le choix ,pertinent dans ce cas-là, de passer par un bénévole pour réaliser des économies, notamment en matière de charges. Étant lui-même copropriétaire, le syndic bénévole aura plus volontiers tendance à faire baisser les charges qu’un professionnel.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.