Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les prix du tabac pourraient encore augmenter de 30 centimes

Le Figaro09/10/2014 à 10:14

D'après RTL, le gouvernement serait en pleine négociation avec les cigarettiers pour acter cette nouvelle augmentation de la taxe sur le tabac, la quatrième en trois ans. Le fabricant des Marlboro menace de ne pas répercuter la hausse sur ses paquets.

Trente centimes. C'est le montant de la prochaine hausse des prix du tabac prévue pour le 1er janvier 2015, d'après RTL ce jeudi. Le gouvernement serait actuellement en discussion avec les cigarettiers mais «sa décision serait prise», affirme la radio. Si elle se confirme, il s'agirait de la quatrième hausse en trois ans. Les prix du tabac ont déjà subi une augmentation de 40 centimes en octobre 2012, de 20 centimes en juillet 2013 et de 20 centimes en janvier dernier. Le prix du paquet le moins cher atteint 6,50 euros, et celui du plus cher, pour la marque la plus vendue (Marlboro), 7 euros. «J'avais déjà dis qu'une hausse des prix était probable en janvier, mais le montant n'est pas décidé. Je ne confirme pas cette information», a toutefois affirmé la ministre de la Santé, Marisol Touraine, sur iTélé.

D'après RTL, cette décision provoque la colère des géants de la cigarette dont le leader mondial Philip Morris, qui fabrique les Marlboro - la marque la plus vendue dans l'Hexagone. Ce dernier menacerait de ne pas répercuter cette hausse des taxes sur le tabac sur le prix final de ses paquets, rendant caduque l'objectif du gouvernement de dissuader les fumeurs de se rendre au bureau tabac.

D'après les buralistes et les fabricants de cigarettes, ces hausses successives depuis deux ans n'ont pour conséquence qu'une explosion des ventes sur le marché parallèle, constitué de cigarettes achetées légalement à l'étranger mais aussi acquises illégalement, sur internet ou dans la rue. Hier encore, le gouvernement belge annonçait avoir mis la main sur quelque 130 millions de cigarettes contrefaites entre le printemps 2013 et avril dernier.

L'annonce d'une augmentation en janvier viendrait compléter le plan de lutte contre le tabac de la ministre de la Santé qui prévoit aussi l'introduction du paquet de cigarettes «neutre» dans les bureaux de tabac français début 2016, l'interdiction de la cigarette électronique dans certains lieux publics et même le tabac dans les voitures ayant des enfants à bord.

Le marché hexagonal du tabac a subi un recul marqué de 5,7% en volume fin septembre et avec un recul limité à 0,7% en valeur. Il continue sa baisse après avoir enregistré au cours de l'année 2013 un recul de 1,5% en valeur, et de 7,6% en volume. La baisse en valeur des ventes de cigarettes va se traduire par un recul des recettes de l'État qui collecte en taxes diverses (TVA comprise) plus de 80% du prix des cigarettes. En 2013, les cigarettes avaient rapporté 15,28 milliards d'euros à l'État. «Nous nous attendons à des chiffres pas réjouissants, avec en toile de fond la fermeture de 900 à 1000 bureaux de tabac en France, soit 2000 à 2500 emplois», assure Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes. Ces derniers se réuniront en congrès début novembre à Paris et pourraient annoncer des «actions, manifestations» dans les semaines à venir.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.