1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les prix des carburants toujours peu volatils en France

RelaxNews18/08/2014 à 20:02

Sur le mois écoulé, les prix des carburants sont restés quasi stables autour de 1,30 euro le litre pour le gazole, de 1,50 euro le litre pour le SP95 et de 1,57 euro pour le SP 98. baki/shutterstock.com

(AFP) - Les prix des carburants vendus en France sont restés quasiment stables la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés lundi.

Le gazole, carburant privilégié des Français avec plus de 80% des ventes, valait 1,3025 euro le litre contre 1,3023 euro la semaine précédente, soit seulement 0,02 centimes de plus, d'après les relevés hebdomadaires publiés par le ministère de l'Écologie et de l'Énergie.

Deuxième carburant le plus vendu dans l'Hexagone, l'essence sans plomb 95 s'affichait à 1,4990 euro le litre, en baisse de 0,4 centime d'une semaine sur l'autre.

L'évolution était à peine plus marquée pour le litre d'essence sans plomb 98 qui valait lui 1,5646 euro, contre 1,5708 euro la semaine précédente, soit 0,6 centime de moins.

Sur le mois écoulé, les prix des carburants sont restés quasi stables autour de 1,30 euro le litre pour le gazole, de 1,50 euro le litre pour le SP95 et de 1,57 euro pour le SP 98.

Cette stagnation reflète la relative stabilité des prix du pétrole brut malgré les tensions géopolitiques dans plusieurs pays producteurs. Après une hausse début juin, ils se sont repliés début août à cause notamment de la faiblesse de la demande liée à la fragilité de la croissance économique mondiale.

Dans son rapport mensuel publié la semaine dernière, l'Agence internationale de l'énergie a ainsi abaissé de 1,2 à 1 million de barils par jour (mbj) son estimation de la croissance de la demande pétrolière par rapport à l'année dernière.

Le 8 août, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait aussi abaissé légèrement sa prévision de croissance de la demande de brut en 2014 à 1,10 mbj contre 1,13 mbj estimé au début de l'été.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer