Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les prix des carburants poursuivent leur baisse

Le Figaro28/07/2015 à 12:34

INFOGRAPHIES - Gazole et essence voient leur prix diminuer depuis le début du mois de juillet, tirés vers le bas par la baisse des cours du pétrole sur les marchés mondiaux. Une aubaine pour les vacanciers.

Coincés dans les bouchons qui les mèneront sur leur lieu de vacances ou à la maison (voire au travail pour les moins chanceux), les automobilistes pourront se réjouir d'une chose: le budget carburant sera un peu moins élevé que prévu. Selon les derniers chiffres relevés par Carbeo, le litre de gazole, carburant le plus vendu en France, vaut en moyenne aujourd'hui 1,182 euro, soit 3,3 centimes de moins qu'il y a un mois (-2,7%). Côté essence, la baisse est moins prononcée sur la même période mais toutefois existante: le sans plomb 95 vaut 1,435 euro/l, en baisse de 1,1 centime (-0,8%) tandis que le sans plomb 98 s'achète 1,497 euro/l, en recul de 0,5 centime (-0,3%).

Cette baisse s'observe de manière quasi continue depuis le début du mois de juillet. Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), elle intervient dans un contexte de repli des cours du pétrole sur la même période. En effet, depuis un mois, le baril de «light sweet crude» (WTI) a perdu 20,17% et celui du Brent a abandonné 16,09%. Ce matin encore, le WTI cédait 43 cents à 46,96 dollars tandis que le Brent perdait 55 cents à 52,92 dollars. Le marché, qui s'était stabilisé autour de 60 dollars le baril au cours du printemps, se rapproche de ses plus bas niveaux depuis six ans, qu'il avait atteint en mars, sous les 45 dollars.

Une offre trop abondante

Cette déprime trouve racine dans les déséquilibres persistants du marché pétrolier mondial. L'offre reste surabondante mais les producteurs, Opep en tête, refusent toujours de fermer les robinets. Le cartel a maintenu inchangé son plafond théorique de production à 30 millions de barils par jour (bpj) en juin. Les producteurs continuent à pomper «pour préserver leur avantage commercial ou parce qu'ils font le pari d'un futur relèvement des cours qui leur permettra de vendre à bon prix le brut aujourd'hui excédentaire», explique Michael McCarthy chez CMC Markets.

Le marché craint également que l'accord conclu le 14 juillet sur le nucléaire iranien n'aggrave l'excès d'offre. L'Iran, qui dispose des quatrièmes réserves mondiales de pétrole, pourrait doubler ses exportations dans les deux mois, selon les autorités de la République islamique. À cela s'ajoute la production américaine qui ne montre pas de signe de ralentissement. La semaine dernière, les producteurs américains ont augmenté de 21 le nombre de puits actifs, hausse la plus marquée en un an, selon Baker Hughes.

En face, la demande reste atone. Les marchés s'inquiètent notamment des signaux négatifs envoyés par la Chine. La chute de 8,5% de la Bourse de Shanghai hier a montré les limites de l'action gouvernementale pour restaurer la confiance des investisseurs dans la deuxième économie mondiale.

Taxes en hausse

Dans ce contexte, difficile d'imaginer une remontée rapide des cours. «Étant donné la détermination des pays producteurs de pétrole à maintenir leur niveau d'offre, voire à l'augmenter, il est probable que n'ayons toujours pas touché le fond», estime Michael McCarthy chez CMC Markets.

De quoi imaginer une nouvelle baisse des prix à la pompe...mais pas une dégringolade immédiate. Pour rappel, le prix du pétrole brut ne représente qu'environ un tiers du prix des carburants, alors que les taxes, qui ont encore augmenté au 1er janvier, pèse 60% dans le prix final. S'ajoutent aussi les coûts de transport/distribution et de raffinage, qui sont indépendants des aléas du marché pétrolier. La chute du baril ne sera donc pas répercutée dans les mêmes proportions à la pompe et subira toujours un décalage de quelques jours, comme le rappelait l'Ufip en décembre dernier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.