Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les précautions à prendre pour acheter un logement à deux

Le Figaro10/10/2014 à 19:09

Compte tenu des prix immobiliers encore très élevés et des exigences des banques sur le niveau de revenus des emprunteurs, les célibataires ont de plus en plus de mal à accéder à la propriété.

La plupart des achats immobiliers se font à deux. Sans que les couples mesurent toujours bien les conséquences de leur statut matrimonial sur le sort de leur logement, en cas de coups durs. Il est toutefois possible de sécuriser l'achat et de se protéger en cas de séparation ou de décès, même si aucune solution n'est aussi sûre que le mariage.

o En quoi le mariage est-il plus protecteur pour les acheteurs?

La loi offre aux couples un cadre juridique qui protège les intérêts de chaque époux, même s'ils n'ont pas pris de précautions particulières. Elle offre aussi la possibilité d'effectuer du sur-mesure en prévoyant dans l'acte d'acquisition ou dans un contrat de mariage des clauses spécifiques.

Imaginons, par exemple, que vous ayez financé l'acquisition du logement commun grâce à un coup de pouce de vos parents ou à la revente de votre studio de célibataire et que vous souhaitiez récupérer votre apport en cas de séparation? Même si vous êtes marié sous le régime de la communauté de biens, il vous suffit de faire préciser dans l'acte d'achat que vous avez employé de l'argent qui vous appartient en propre. Si vous ne précisez rien, vous faites un beau cadeau à votre conjoint qui sera propriétaire de la moitié du bien, indépendamment de sa participation réelle à son financement.

Enfin, et surtout, le mariage protège le conjoint en cas de décès, le conjoint étant un héritier privilégié par la loi. Il peut ainsi être assuré de rester dans son logement, quel que soit le contexte familial.

o Pourquoi est-il préférable d'être au moins pacsés pour acheter à deux?

Le pacs, même s'il est moins protecteur que le mariage, offre l'énorme avantage de permettre aux partenaires d'être exonérés de droits de succession. Les partenaires peuvent ainsi, en prenant la précaution de rédiger un testament, puisqu'ils ne sont pas héritiers l'un de l'autre, se léguer leur part respective. Ils sont toutefois tenus de respecter les droits de leurs enfants, s'ils en ont. Ils peuvent se transmettre jusqu'à la moitié de leur patrimoine s'ils ont un enfant, un tiers s'ils en ont deux, un quart s'ils en ont trois ou plus. Le mariage reste toutefois plus protecteur. Le conjoint peut, en effet, hériter de la totalité du patrimoine de son époux en usufruit.

o Est-il possible de sécuriser l'achat pour de simples concubins?

La première précaution à prendre pour éviter les difficultés en cas de séparation, est d'indiquer dans l'acte d'achat la participation de chacun au financement du bien, et de faire en sorte que celle-ci coïncide avec les droits de propriété. Si l'un des concubins finance 70 % du bien (s'il a un apport important ou rembourse l'essentiel du crédit), il doit avoir 70 % des droits de propriété sur le bien.

En revanche, la rédaction d'un testament protège mal le concubin survivant, en cas de décès, dans la mesure où il doit payer 60 % de droits de succession sur la part qu'il reçoit. Il faut donc recourir à des montages juridiques plus complexes (avec une société civile immobilière par exemple) pour se protéger. Ou, plus simplement, se marier après l'achat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.