Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Les placements défiscalisants ne sont pas le seul moyen de réduire l'impôt »

Le Figaro27/11/2014 à 19:55

INTERVIEW - Marie Perardelle, directeur de l'ingénierie patrimoniale chez Primonial, incite les épargnants à penser d'abord à leur stratégie patrimoniale et à leurs besoins avant de se lancer dans la course aux économies fiscales.

Souscrire un placement défiscalisant en fin d'année, est-ce une bonne idée?

Réduire son impôt ne doit pas être un objectif en soi. Cela conduit à des erreurs de stratégie. Si vous investissez sur un Perp pour profiter de l'avantage fiscal, alors que de toute évidence vous devrez dans quelques années puiser dans votre épargne pour financer les études de vos enfants, vous faites fausse route. Car sur le Perp, vous ne pourrez pas récupérer votre argent. Ce qui compte, c'est de définir vos besoins, de voir ce que vous voulez faire de votre patrimoine, et ensuite de réfléchir aux orientations fiscales à prendre, à bon escient, au service de votre objectif.

Mais les contribuables qui veulent profiter des niches fiscales ne choisissent-ils pas toujours à peu près les mêmes options d'une année sur l'autre?

Pourtant, ils n'ont pas toujours les mêmes besoins que l'année précédente. La fin du remboursement d'un crédit immobilier, par exemple, risque d'entraîner un alourdissement de la fiscalité sur les revenus fonciers. S'ils arrivent au terme des amortissements déductibles de leurs revenus de loueurs en meublé non professionnels, ils peuvent aussi avoir à réfléchir à d'autres investissements. Lorqu'un enfant quitte le foyer fiscal, les besoins évoluent aussi. Souscrire un placement assorti d'une économie d'impôt au dernier moment, sans avoir calibré et planifié ses besoins, est dommage.

Quel bilan dressent le plus souvent les contribuables qui profitent de ces avantages fiscaux?

On parle beaucoup des problèmes que certains rencontrent, mais la grande majorité des clients est en réalité satisfaite. Aujourd'hui, sur des contrats Madelin, des Perp, des FIP ou des FCPI, on dispose d'historiques de performances qui permettent de choisir de bons produits, des sociétés de gestion reconnues. Mais avant de se lancer, il faut avoir bien compris les règles du jeu. La plupart des placements qui réduisent l'impôt sont risqués. Il ne faut donc jamais se fier aveuglément aux simulations et hypothèses de rentabilité qu'on peut vous faire miroiter, notamment dans l'immobilier. Si vous n'acceptez de prendre des risques que sur 5 % de votre épargne, n'investissez pas plus de 5 % de votre patrimoine de cette façon.

Souscrire un placement défiscalisant est-il la seule manière de réduire l'impôt?

Non. Pour alléger l'impôt sur le revenu, les Français peuvent aussi tout simplement fermer les livrets bancaires fiscalisés qu'ils détiennent, et dont les intérêts sont taxés tous les ans. En transférant le capital sur un contrat d'assurance-vie, ils ne seront plus imposés qu'en cas de retrait. Cela allégera d'emblée leur impôt. Même principe pour ceux qui ont encore des comptes titres, qu'ils n'osent pas fermer par peur de payer de lourdes plus- values sur des lignes achetées depuis longtemps. Mais parfois, il vaudrait mieux accepter de régler cet impôt une fois pour toutes, et préparer l'avenir en réinvestissant dans le cadre fiscal plus avantageux de l'assurance-vie ou du PEA. D'autant qu'on peut neutraliser cette année là le supplément d'impôt à payer, en souscrivant en parallèle sur un produit de défiscalisation, comme le Perp ou les FCPI.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.