Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les patrons excédés par l'instabilité fiscale

Le Figaro10/10/2013 à 08:00
Outre le poids des impôts, les entreprises enragent contre les incessants changements de règles.

«En trente ans de métier, je n'ai jamais vu ça!», s'exclame un avocat. Il faut dire que Bercy a fait fort. Sortie du chapeau fin août, la taxe sur l'excédent brut d'exploitation (EBE) a été intégrée dans le projet de loi de finances (PLF) 2014, présenté en Conseil des ministres le 25 septembre, avant d'être remplacée dix jours après, face à la bronca des entreprises, par une hausse de la surtaxe - de 5 % à 10,7 % - sur l'impôt sur les sociétés. Et ce, avant l'examen du budget en séance par les parlementaires...

«C'est de l'impréparation», estime Nicolas Jacquot, avocat associé chez Arsene Taxand. Pour une réforme de cette ampleur, «il faut un minimum de deux mois de concertation, mais aussi expliquer le principe, faire les simulations financières, résoudre les questions financières, écrire le texte...» À l'arrivée, le taux de l'IS, le plus élevé d'Europe - 36,1 % des bénéfices -, va grimper à 38 % pendant deux ans.

Plus que ce niveau très élevé, les entreprises sont surtout pénalisées par une instabilité fiscale permanente. «Une taxe tous les jours, on n'en peut plus. Aujourd'hui, même l'entreprise qui marche n'ose pas investir car elle ne sait pas ce qu'il adviendra demain», s'est exclamé mardi Jean-François Roubaud, le président de la CGPME. «Une entreprise planifie sa stratégie de développement, d'investissement, de recrutement, sur trois à cinq ans.

Des mesures rétroactives

Or, elle se trouve dans l'incapacité de se caler sur un plan fiscal stable, abonde Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef. Cette instabilité est une mauvaise tradition française: chaque année, le PLF, c'est le bouquet garni, on y découvre des nouveautés. Mais là, il y a une accélération.» Et ce «serial entrepreneur» de rappeler le virage l'an dernier sur la taxation des plus-values de cession. Le gouvernement avait finalement reculé après la révolte des «pigeons».

L'exemple de l'évolution de l'IS est symptomatique de ces zigzags perpétuels. Son taux est passé de 33,33 % en 1993 à 36,1 % aujourd'hui. «Sur cette période, l'instabilité a été permanente, avec notamment la création d'une contribution supplémentaire de 10 % de l'IS en 1995 jusqu'en 2005, d'une deuxième de 15 % en 1997 jusqu'en 1999, puis de la contribution sociale sur les bénéfices de 3,3 % de l'IS en 2000 et une surtaxe de 5 % en 2011!», rappelle Bruno Gibert, associé chez CMS bureau Francis Lefebvre.

Des «assises de la fiscalité» en 2014

Et l'avocat d'ajouter: «Concernant la déduction des intérêts d'emprunt des entreprises, on en est à la troisième mesure depuis 2007.» Les difficultés sont plus criantes s'agissant des «mesures rétroactives qui, votées en décembre, concernent toute l'année en cours», explique Nicolas Jacquot. C'est le cas de la taxe exceptionnelle de 75 % sur revenus de plus de 1 million, qui s'appliquera en 2014 sur les revenus de 2013.

Le gouvernement, qui dit miser sur la «concertation», va organiser début 2014 des «assises de la fiscalité» pour réfléchir à une «réforme structurelle». Avec l'ambition «à terme» d'obtenir «un alignement du taux de l'impôt sur les sociétés sur le taux européen», a indiqué Bernard Cazeneuve. «On peut se fixer un objectif à trois ans de retour à cette moyenne, qui est de 30 %», propose Pierre Gattaz, le président du Medef. Mais y croit-il lui-même?

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.