Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les loyers des logements vont ils baisser avec la loi Alur ?

Primaliance28/03/2014 à 00:00

Mesure emblématique de la loi Alur, le dispositif d'encadrement des loyers dans les l0 plus grandes villes françaises va concerner environ 20 % des logements reloués. D'après l’observatoire Clameur, le marché locatif pris dans son ensemble devrait enregistrer des loyers en recul de 4 % en moyenne. A Paris, la baisse serait de 4,8 %.

Selon l'observatoire Clameur, les prix des loyers ont baissé dans 60 % des villes de plus de 146000 habitants. A Paris, le recul est de -2,8 % soit 23,9€ le m2 en moyenne. La loi Alur va-t-elle accélérer la tendance baissière ? Prévue pour être appliquée en principe dès l'automne la loi prévoit que les relocations ou les locations nouvelles ne pourront plus excéder un loyer médian de référence (majoré de 20 % pour les biens exceptionnels) fixé par le préfet. Résultat, si le loyer indiqué dans le contrat de location est supérieur à ce plafond, le locataire qui était au demeurant consentant en signant le bail pourra engager a posteriori une action afin de demander une baisse de son loyer.

A l'appui des données locatives recueillies dans 10 grandes villes françaises en terme d'habitants, Michel Mouillart (étude accessible sur clameur.fr) indique qu'environ 20 % des relocations ou locations nouvelles sont effectuées à un loyer dépassant le plafond médian local de référence majoré de 20 %, seuil à partir duquel un recours en diminution de loyer peut être intenté. Avec 22,1 % de loyers « abusifs » au regard des exigences de la loi, Nice serait la ville la plus concernée. A l'autre bout, Nantes afficherait seulement 15,2 % de loyers trop élevés.

Deuxième constat. La baisse des loyers attendue, en moyenne, sur les seuls logements concernés par l’encadrement serait d'un peu moins de 15% à Nantes, jusqu’à 29% à Nice et 22,7 % à Lyon. En rapportant ces estimations à l'ensemble du marché locatif, la baisse des loyers pourraient alors atteindre 4 % en moyenne pour ces 10 villes.

Dans le cas de Paris, Clameur estime que 20,7 % des loyers d’habitation devront être révisés à la baisse. La diminution des loyers sur ces logements serait alors autour de 23,1 % ce qui contribuera à abaisser mécaniquement de 4,8 % le loyer moyen (24,6€ / m2 en 2013) dans la capitale. Un bémol « il n’est pas certains que le niveau moyen des loyers diminue sur Paris, puisque dans le même temps, les loyers de marché inférieurs au « loyer médian de référence minoré » pourront être relevés dans la limite imposée par ce seuil soit 16,5 €/m² ». Cette possibilité de hausse concernerait environ 10 % du marché « 12,8 % à Paris … mais seulement 5,5 % à Nantes, contre un maximum de 13,7 % à Nice ».

 

L'OLAP (Observatoire des Loyers dans l'Agglomération Parisienne)

Seront concernées par l'encadrement des loyers les 28 agglomérations de plus 50.000 habitants où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements : Ajaccio, Annecy, Arles, Bastia, Bayonne, Beauvais, Bordeaux, Draguignan, Fréjus, Genève-Annemasse, Grenoble, La Rochelle, La Teste-de-Buch-Arcachon, Lille, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Meaux, Menton-Monaco, Montpellier, Nantes, Nice, Paris, Saint-Nazaire, Sète, Strasbourg, Thonon-les-Bains, Toulon et Toulouse.

En dehors de ces agglomérations, la fixation du loyer restera libre que ce soit lors de la première location ou lors de la relocation.

Seront concernés les logements loués vides à titre de résidence principale. Attention ! Le préfet pourra décider de rendre applicable le dispositif d'encadrement des loyers aux locations meublées.

Dans les zones concernées par l'encadrement des loyers, l'entrée en vigueur de la loi impliquera une baisse du niveau des loyers. « D'après les données de l'OLAP (NDLR : observatoire des loyers de l'agglomération parisienne),…,5 % des biens mis en location en 2012 en région parisienne affichent un loyer supérieur au loyer médian majoré au niveau maximum de 20 %. »

Une annonce propose un studio de… m2 dans le 6e arrondissement de Paris pour 1.000 € hors charges, soit 38,4 €/m2. D'après les données de l'Olap, le loyer médian majoré pour cette zone et ce type de logement s'élève à 30,8 €/m². Le loyer mensuel devrait donc s'élever à 800,80 €. L'économie réalisée pour le locataire se montera donc à 2 390,4 €/an, soit près de 2,5 fois le loyer !


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.