Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les loyers des chambres de bonne bientôt taxés

Le Figaro10/03/2011 à 18:30
Le secrétaire d'Etat au Logement estime que les propriétaires de micrologements sont trop gourmands et entend les ramener à la raison en taxant les loyers supérieurs à 40 euros le mètre carré.

Le ministère du Logement l'évoquait la semaine dernière, le gouvernement va s'attaquer à la hausse des loyers en taxant les propriétaires trop gourmands. Le sujet est délicat. Pour le ministère qui travaille sur le dossier depuis plusieurs semaines la tâche consiste à «corriger les excès sans tomber dans une réglementation tatillonne». Pas de carcan général donc, le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, ayant dit tout le mal qu'il pensait de la proposition de la gauche d'encadrer l'évolution de tous les loyers.

 

Des mesures dès 2012

 

Les propriétaires de chambres de bonne sont en revanche dans le collimateur. «Certains propriétaires demandent plus de 90 euros par mètre carré», soit 900 euros pour une chambre de bonne de 10 mètres carrés équipée seulement d'un point d'eau. «C'est totalement abusif», a-t-il déclaré ce jeudi Benoist Apparu dans une interview téléphonique avec l'AFP. Pour mettre fin à cette situation, il entend taxer les loyers supérieurs à 40 euros le mètre carré pour des surfaces inférieurs ou égales à 13 mètres carrés.

A Paris, le prix moyen de location au mètre carré est estimé à 23 euros. Pour les grandes surfaces - 100 m2 - le prix moyen tourne autour de 17 euros par mètre carré, et il explose pour les micrologements, atteignant 40 euros en moyenne. «40 euros, cela reste encore élevé, mais il faut trouver un équilibre, pour empêcher que les propriétaires réunissent des chambres de bonne pour en faire un appartement», a fait valoir le secrétaire d'Etat. A Paris, il y a une demande soutenue pour les petits logements de type chambre de bonne, émanant notamment des étudiants et de personnes à faible revenu, et toute transformation de plusieurs chambres de bonne en appartement réduit le parc locatif disponible.

La disposition devrait être inscrite dans la prochaine loi de finances, soit celle pour 2012.

 

Transparence des prix

 

Dans une autre interview, accordée au quotidien Libération, et une intervention sur France 2, Benoist Apparu a aussi indiqué que le gouvernement allait réfléchir à des sanctions pour des logements loués ne respectant par la Loi Carrez. Cette loi oblige le bailleur à faire métrer son logement. Pour l'instant le texte ne prévoit cependant aucune sanction. «Nous allons y remédier», assure le ministre qui souhaite qu'un étudiant ayant loué une 10 mètres carrés puisse réclamer une baisse de loyer s'il s'aperçoit que la surface Carrez n'est que de 9 mètres carrés.

Par ailleurs, pour améliorer la transparence des prix sur le marché locatif, le ministre a annoncé la prochaine mise en ligne d'un site Internet sur les loyers «quartier par quartier» en Ile-de-France, afin de donner «des éléments de négociations» aux personnes en recherche de logement face à un propriétaire trop gourmand.

(Avec AFP)

LIRE AUSSI :

» Les loyers pourront augmenter de 1,45%

» Polémique autour de l'encadrement des loyers

» Logement: les loyers ont augmenté de 2,5% en 2010

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.