Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les futures règles sur les héritages et les donations

Le Figaro24/07/2012 à 22:27
Le projet de budget rectificatif pour 2012, examiné cette semaine par le Sénat après être passé à l'Assemblée, durcit la fiscalité des héritages sur plusieurs points.o Baisse de l'abattement par enfant

Jusqu'à présent, lorsqu'un enfant hérite ou bénéficie d'une donation, les premiers 159.325 euros qu'il a perçus échappent à l'impôt, c'est-à-dire aux droits de succession et de donation. Ce système d'abattement s'applique en fait pour toute transmission en ligne directe, ce qui inclut aussi le cas, plus rare, où le père ou la mère hérite de son enfant. Le projet de budget rectificatif abaisse l'abattement par héritier direct de 159.325 euros à 100.000 euros. Ce durcissement s'appliquera à toutes les donations consenties et à toutes les successions ouvertes à compter de la promulgation du projet de budget rectificatif, début août.

o Maintien de l'exonération pour le conjoint survivant

Le texte PS conserve une des grandes avancées de la réforme Sarkozy de 2007: l'exonération des droits de succession pour le conjoint survivant. L'abattement supplémentaire de 159.325 euros, dont bénéficient les héritiers handicapés, est lui aussi maintenu au même niveau.

o Baisse des abattements pour les frères et sœurs et pour les neveux et nièces

Il existe également des abattements pour les successions et donations entre frères et sœurs ou en faveur des neveux et nièces. La commission des finances du Sénat a adopté lundi un amendement qui abaisse, dès début août, l'abattement entre frères et sœurs de 15.932 euros à 10.000 euros et celui en faveur des neveux et nièces de 7967 euros à 5000 euros. Motif: si l'abattement principal - celui par enfant - diminue, les autres ristournes doivent suivre le mouvement. Cet amendement sera très probablement approuvé, aujourd'hui mercredi, par l'ensemble des sénateurs réunis en séance. Le gouvernement ne s'y opposera pas car Bercy estime qu'il ne déroge pas à la philosophie générale du texte.

o Passage de dix à quinze ans du délai entre deux abattements

o Les ménages devront attendre quinze ans, et non plus dix, avant de pouvoir utiliser à nouveau l'abattement fiscal lors d'une donation ou d'une succession. Cette mesure s'appliquera dès la promulgation du projet de budget rectificatif, début août: toutes les ­donations effectuées depuis quinze ans sont donc soumises au nouveau délai. En outre, le texte PS supprime les mesures de lissage qui avaient été adoptées lorsque le délai avait été une première fois allongé de six à dix ans l'été dernier.

o Gel des barèmes

Le projet de budget «gèle» les différents abattements: l'abattement de 100.000 euros restera à 100.000 euros au fil des années, ­celui de 10.000 euros à 10.000 euros, etc. Auparavant, les abattements évoluaient en fonction de l'inflation, ce qui était avantageux pour le contribuable. Ainsi, la ristourne par enfant était passée de 150.000 en 2007 à 159.325 euros actuellement. Les tranches du barème des droits de succession et donation évoluaient, elles aussi, selon l'inflation. Le texte les gèle également.

Trois questions à Cyrille Lelong, notaire

Les mesures de la nouvelle majorité en matière d'héritage sont-elles vraiment pénalisantes pour les familles?

La baisse des abattements est une mauvaise nouvelle. Mais à 100.000 euros de ristourne fiscale par enfant, on reste dans des niveaux acceptables. Ce qui nuira le plus aux ménages, c'est qu'ils devront attendre quinze ans, et non plus dix ans, avant de pouvoir à nouveau utiliser un abattement fiscal lors d'une donation ou d'une succession. Nos clients effectuent en moyenne leur première donation vers 65 ans. Ils pourront donner à nouveau dans de bonnes conditions fiscales à l'âge de 80 ans. C'est tardif. Pire, s'ils décèdent avant ces quinze ans, leurs héritiers seront pénalisés.

Vos clients ont-ils anticipé ces mesures?

Oui. Comme François Hollande avait annoncé pendant sa campagne qu'il durcirait l'imposition des héritages, en mai et en juin, nous avons fait trois fois plus de donations que d'habitude.

Redoutent-ils d'autres coups de massue fiscaux?

Ils sont inquiets. Nos clients se plaignent surtout de l'instabilité fiscale. Le délai pour utiliser un abattement avait déjà changé il y a à peine un an, passant de six à dix ans à l'été 2011.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.