Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français qui ont du patrimoine plébiscitent plus que jamais l'immobilier

Le Figaro12/10/2016 à 18:09

Ils restent peu enclins à prendre des risques pour booster leur patrimoine, et privilégient donc les placements immobiliers et l’assurance-vie.

L’appétit des Français pour la pierre n’en finit pas de croître. Le dernier baromètre de l’UFF, banque conseil en gestion de patrimoine, confirme à nouveau cette tendance de fond: si l’assurance-vie reste bien le placement préféré des 300 personnes disposant de plus 30.000 euros d’actifs financiers interrogées, elles sont beaucoup plus nombreuses que l’année dernière à avoir réalisé récemment un achat immobilier. C’est le cas près de trois personnes sur quatre contre deux personnes sur trois l’année dernière. A contrario, la part des Français qui détiennent une assurance-vie reste stable, à 85%.

«L’engouement des Français pour l’immobilier est tel que l’on peut se demander s’il ne va pas finir par détrôner l’assurance-vie», s’interroge Paul Younès, directeur général de l’UFF. Et pour cause: le baromètre montre bien que les Français qui ont du patrimoine privilégient deux critères pour déterminer leur stratégie d’investissement: la disponibilité du capital et son rendement. Or ces deux critères sont actuellement sévèrement mis à mal s’agissant des fonds en euros des contrats d’assurance-vie. Conséquences des taux bas, leurs rendements devraient en effet passer sous les 2% cette année, anticipe la banque. «C’est la première fois qu’ils sont aussi faibles, et cela devrait se poursuivre», analyse Paul Younès. Deuxième écueil rencontré par ce placement populaire: une mesure contenue dans le projet de loi Sapin 2 qui prévoit la possibilité de bloquer les retraits pour l’ensemble des contrats, en cas de risque de crise du système financier. Une hypothèse très mal accueillie par les épargnants.

Les Français se tournent dès lors vers la pierre. Par contraste, les 3% de rendement de l’investissment locatif en Pinel ont en effet bonne mine. Près d’une personne sur deux se dit prête à souscrire à ce placement qu’ils comprennent «très bien» alors qu’ils n’étaient que 41% l’année dernière. L’investissement locatif en meublé professionnel, autre placement immobilier qui présente des avantages en termes de fiscalité, monte également en puissance, tout comme le dispositif Malraux.

» Comment réussir un investissement immobilier «Pinel»?

» Les villes à éviter pour bien investir en Pinel

Alain Juppé plébiscité

A quelques mois de l’élection présidentielle, le baromètre de l’UFF a par ailleurs interrogé les patrimoniaux sur leurs candidats préférés. S‘ils ne voteront pas, sans surprise, pour François Hollande, ils ne sont guère plus enthousiastes à l’égard de Nicolas Sarkozy. Près de la moitié des personnes interrogées voteraient plutôt pour Alain Juppé à la primaire des Républicains. Ils le considèrent comme le plus à même de relancer l’économie française, de favoriser un climat plus serein pour les investisseurs, de faire baisser les impôts ou encore de garantir l’avenir du système français des retraites.

Nicolas Sarkozy ne recueille de son côté que 13% des suffrages, à peine plus que François Fillon et Bruno le Maire. L’action de l’ancien chef de l’Etat est jugée avec une sévérité particulière s’agissant de l’avenir des retraites, un sujet de préoccupation majeur des personnes interrogées: seuls 9% d’entre elles le jugent à même de le garantir, malgré la réforme menée par Eric Woerth en 2010 sous sa présidence. Ils sont en revanche plus optimistes quant à sa capacité à réduire les impôts: 23% lui font confiance sur ce point, contre 35% pour Alain Juppé.

«Ces résultats sont finalement peu surprenants, analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Les personnes interrogées sont issues de catégories sociales favorisées: ce sont des cadres supérieurs, des personnes qui exercent une profession libérale ou intellectuelle... Ils ne sont pas les électeurs traditionnels de Nicolas Sarkozy et lui ont même préféré François Hollande ou François Bayrou en 2012».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.