1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français fiscalement libérés le 29 juillet 2017
Edit-Place11/08/2017 à 09:00

Depuis le 29 juillet 2017, les Français ont terminé de payer leurs impôts et autres prélèvements. Une date très tardive par rapport au reste de l'Union européenne, qui témoigne d'une fiscalité pesante dans l'Hexagone.

Une libération fiscale tardive

Selon une étude de l'institut économique Molinari, les Français ont été fiscalement libérés le 29 juillet 2017. Par cette « date de libération fiscale », on entend la date théorique à laquelle un salarié en a terminé avec les prélèvements fiscaux, et commence donc à travailler pour consommer ou épargner. Mauvaise élève, la France est le dernier pays de l'UE à libérer fiscalement ses habitants. À Chypre, cela intervient dès le 27 mars, au Royaume-Uni, le 9 mai, au Danemark, le 1er juin, et dans l'UE en général, le 13 juin.

La France, championne d'Europe des impôts

Comme l'année dernière, la France reste le pays d'Europe où la fiscalité est la plus lourde. Dans l'Hexagone, un salarié célibataire et sans enfant paie plus de 32 437 euros de charges patronales et salariales, impôts et TVA, sur 56 499 euros de salaire brut. Cela équivaut à un taux de prélèvement de 57,4 %, le plus élevé de l'UE. La Belgique, avec 56,74 % de taxation, se hisse sur la deuxième marche du podium, et l'Autriche, avec 54,28 %, arrive à la troisième place.

L'impôt sur le revenu, pas si pesant

Après analyse, l'institut Molinari souligne que l'impôt sur le revenu, souvent au centre des débats sociaux, n'est pas l'impôt le plus pesant en France. « La pression fiscale et sociale sur le salarié moyen français s'explique avant tout par les charges sociales (87 %) et accessoirement par l'impôt sur le revenu ou la TVA (13 % cumulés) » détaille l'institut.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer