Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Français fans de consommation collaborative, parfois sans le savoir

Le Figaro27/11/2014 à 07:00

Le marché mondial de l'économie de partage pourrait atteindre près de 270 milliards d'euros d'ici à 2025, contre 12 milliards aujourd'hui, selon PwC. En France, près de la moitié des consommateurs y ont eu recours cette année.

Aujourd'hui, tout ou presque peut se louer, s'échanger ou se partager via Internet. Voitures, maisons, canapés, frigos, machines à laver, journaux ... Poussés par la crise, les consommateurs s'adonnent de plus en plus au «CtoC» (c'est-à-dire «consumer to consumer», un terme qui désigne les transactions entre particuliers) comme alternative au commerce traditionnel. Résultat, le marché mondial de la consommation collaborative va exploser. Il pourrait atteindre 335 milliards de dollars (près de 270 Mds€) d'ici à 2025, contre 15 milliards (12 Mds€) aujourd'hui, selon une récente étude du cabinet PwC.

En dix ans, le concept d'économie de partage, autre nom pour ces pratiques des consommateurs privilégiant l'usage de biens à la propriété, est passé d'un «système D» entre amis ou en famille à un véritable marché suscitant les convoitises de startups comme des grandes entreprises internationales. PwC a étudié cinq grands secteurs pour évaluer la taille de ce marché: la finance peer-to-peer (prêts entre particuliers), le recrutement en ligne, le logement (comme l'échange d'appartements), l'autopartage et la musique/vidéo en streaming. «L'économie de partage est née de la fusion de plusieurs grandes tendances qui ont principalement émergé grâce aux nouvelles technologies, à la baisse des ressources et aux évolutions sociales», résume Robert Vaughan, économiste à PwC.

En France, la tendance a pris aussi. Près de la moitié des Français ont eu recours à une pratique de consommation collaborative en 2014, relève le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). «Par exemple parmi les livres acquis depuis six mois, 22% ont été achetés d'occasion en 2014 contre seulement 15% en 2013, 3% ont été loués et 23% empruntés. Seule la moitié des livres acquis en 2014 ont été achetés neufs», écrit-il dans une étude. De même, la part des produits électroménagers achetés d'occasion est passée de 2,8% à 5,5% entre 2006 et 2011, celle des meubles de 8,2% à 10,1%, celle des produits audiovisuels de 3,2% à 4,5%, et celle des produits de jardinage-bricolage de 3,3% à 4,4%.

Des pratiques répandues mais méconnues

«Les perspectives d'évolution du pouvoir d'achat par ménage très affaiblies conjuguées à celles du chômage ne feront qu'amplifier et pérenniser ces changements de comportements de la part des ménages», prédit le Crédoc. Acheter moins cher n'est pas la seule motivation des consommateurs. «Cette diffusion rapide de la pratique des ventes dites C to C traduit (...) une recherche de partage, caractéristique des jeunes générations, et une réponse aux aspirations écologiques», relève le centre de recherche.

Paradoxalement, l'essor de ce marché passe presque inaperçu tant le concept de consommation collaborative est encore mal connu des Français. D'après un sondage réalisé pour l'Institut national de la consommation (INC), seules 40% des personnes interrogées disent en avoir entendu parler. Les consommateurs le pratiquent donc souvent sans le savoir. Ainsi, par exemple, 96% des sondés connaissent le site Leboncoin.fr, qui permet aux particuliers d'échanger ou de se vendre des produits, et 73% disent l'utiliser régulièrement.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.