Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français et le chauffage : ces cinq chiffres à retenir

Le Figaro 06/01/2017 à 15:41

FOCUS - Alors qu’une vague de froid s’annonce pour ce week-end, votre facture de chauffage risque de grimper. Combien les Français dépensent pour se chauffer ? Combien ont du mal à se chauffer ? Quel coût si vous n’isolez pas votre logement ? Le Figaro vous répond.

Même lorsque le chauffage est allumé, les Français déclarent avoir froid chez eux. Cette désagréable sensation concernerait pas moins de trois Français sur quatre - 52% des sondés déclarent avoir parfois froid chez eux et 23% déclarent avoir systématiquement ou souvent froid à la maison - d’après un récent sondage. Les femmes semblent plus frileuses que les hommes: 82% confient ressentir le froid chez elles contre seulement 66% des hommes. Autre enseignement de cette étude, les plus de 60 ans ressentent moins de froid que les moins de 35 ans.

» Lire aussi - Trois quarts des Français ont froid dans leur logement

Au-delà de la sensation de froid, de plus en plus de Français ont des difficultés à chauffer correctement leur logement. Les derniers chiffres publiés, à partir de la dernière enquête logement de l’Insee, font état de 5,6 millions de ménages en «précarité énergétique», soit 12,1 millions de personnes... c’est-à-dire un Français sur 5. Ce concept de «précarité énergétique» est mesuré en fonction de plusieurs critères: «la fragilité des foyers disposant de faibles ressources financières, la mauvaise isolation des logements et le prix de l’énergie» explique au Figaro Jean Gaubert, médiateur national de l’énergie.

» Lire aussi - Un Français sur cinq peine à payer ses factures d’énergie

En 2015, la facture de chauffage moyenne était de 1590 euros, selon une étude réalisée par le site QuelleEnergie.fr. D’après cette étude, plus d’un tiers des Français se chauffent majoritairement (35%) à l’électricité avec une facture moyenne de 1757 euros. Un autre tiers de la population (30%) se chauffe au gaz avec une facture moyenne de 1596 euros. Le chauffage au bois, utilisé par 10% de la population, reste l’énergie la moins chère avec une facture annuelle moyenne de 895 euros. Enfin, la facture moyenne des Français (17%) se chauffant au fioul s’élève à 1751 euros. Au total, les Français consacrent en moyenne 14% de leur budget pour se chauffer, selon QuelleEnergie.fr. Des dépenses qui pèsent lourd pour les personnes aux revenus modestes, contraintes parfois de se priver de chauffage.

» Lire aussi - Cinq gestes simples pour réduire sa facture d’énergie

C’est le montant moyen du chèque énergie. Ce dispositif doit permettre de couvrir les factures en électricité, gaz, fioul, GPL, bois... des ménages les plus modestes ou de faire des travaux d’isolation permettant d’amoindrir les factures énergétiques. Expérimenté dans plusieurs départements, il sera généralisé au 1er janvier 2018. Ce chèque remplacera le système des tarifs sociaux de l’énergie, utilisé depuis 2005 en France. Son montant, compris entre 48 et 227 euros, est déterminé en fonction des revenus et de la composition du foyer.

» Lire aussi - Le chèque énergie: comment ça marche?

C’est le bon que risque de faire votre facture de chauffage si votre maison n’est pas isolée, d’après l’Ademe. Ces pertes de chaleur se font le plus souvent par le toit. Les fenêtres sont responsables que de 10 à 15% des pertes, tandis que les murs laissent échapper 20 à 25% de la chaleur.

» Lire aussi - Les précautions à prendre chez vous avec l’arrivée du froid

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.