Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Français encombrent leur maison d'objets inutiles

Le Figaro02/04/2015 à 18:50

Une personne sur deux garde chez elle des objets qui ne lui servent plus à rien et se laisse peu à peu envahir. Dommage de gaspiller ainsi des mètres carrés.

Il y a quelques jours, Le Figaro Immobilier vous donnait les clefs essentielles pour un rangement irréprochable de votre chez vous, que vous habitiez une maison ou un appartement. Mais nos précieux conseils ne mentionnaient pas une évidence: pour faire de la place, il faut oser jeter! Et ça, les Français n’y sont pas prêts. C’est ce que rapporte une étude publiée par Ouistock et Opinion Way. Nous stockons trop. Beaucoup trop. Résultat: nous n’avons plus de place. 53% des Français déclarent manquer de place pour stocker leurs affaires, quelles qu’elles soient.

Cette difficulté à gérer son espace et la tendance à s’embarrasser du superflu serait, selon l’étude, un travers féminin (57%), mais qui est aussi courant chez les moins de 35 ans (65%) et les Français dont les revenus n’excèdent pas 2000 euros par mois. Ce phénomène est plus ou moins marqué selon le type d’habitation et sa localisation: plus les Français habitent dans des villes importantes, plus ils ont des difficultés à stocker leurs affaires. Logiquement, cette tendance est donc plus forte en région parisienne: les prix de l’immobilier étant plus élevés qu’ailleurs, la place manque.

Les vêtements et les chaussures, rois des stocks

Quels sont les objets que nous stockons en priorité? Les vêtements et chaussures sont les biens pour lesquels les Français constatent en premier lieu le manque de place (19%). Les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à regretter cet inconvénient (25% contre 13%). Viennent ensuite divers objets culturels (livres, DVD, etc). Si l’on détaille un peu la liste, on trouve les outils de bricolage, les vélos, trottinettes et autres deux-roues, qui représentent un problème de stockage de moindre envergure (respectivement 10%, 9% et 6%).

Étonnamment, les jouets et affaires des enfants ne concernent «que» 9% de la population, alors qu’ils ont tendance à représenter beaucoup plus dans l’imaginaire commun... Toutefois, le chiffre s’élève à 21% sur la seule population des parents d’enfants de moins de 18 ans qui souhaitent préserver les souvenirs d’une époque bien qu’ils n’aient plus d’utilité concrète!

Mais pourquoi a-t-on autant de mal à se séparer de certains objets? Parce qu’ils signifient quelque chose pour nous, rappellent de bons souvenirs, un temps passé... L’affectif a une énorme place dans le rapport des Français au stockage! 77% d’entre eux confessent avoir déjà stocké des affaires même s’ils ne comptaient plus les utiliser... Les Français entassent «parfois» (47%), voire pour un tiers «souvent» (30%). Qui garde le plus? Essentiellement les 65 ans et plus (87%), les foyers gagnant au moins 3500 euros par mois (83%).

C’est en province qu’on stocke le plus

La situation géographique a aussi son importance. Les personnes résidant en province sont plus à même de stocker, de surcroît lorsqu’elles sont propriétaires de leur logement (80%) et/ou lorsqu’elles habitent dans une maison individuelle (82%). Les seniors se démarquent nettement par leur ferme résolution de ne rien abandonner, 40% d’entre eux déclarant stocker «souvent» des affaires même s’ils ne comptent plus les utiliser (contre 30% en moyenne). Enfin, c’est parmi les femmes, que l’on trouve le plus grand nombre de «stockeuses» invétérées d’affaires inutiles.

Si comme le dit le philosophe Alain Finkielkraut, «larmoir est un meuble servant à ranger les pleurs» et autres vieux souvenirs, vous auriez tout intérêt à faire le contraire et effectuer un grand tri. Vous vous sentirez vraisemblablement plus léger. Et votre appartement aussi!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.