Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les Français de plus en plus sensibles au sort des agriculteurs
information fournie par Le Figaro26/11/2019 à 06:00

Les Français de plus en plus sensibles au sort des agriculteurs (Crédits photo : Unsplash - Agence Producteurs Locaux Damien Kühn )

Les Français de plus en plus sensibles au sort des agriculteurs (Crédits photo : Unsplash - Agence Producteurs Locaux Damien Kühn )

La volonté de soutenir les producteurs et agriculteurs incite près de 60% des Français à modifier leurs achats, selon une étude Opinion Way pour Max Havelaar. Les catégories populaires sont les plus engagées.

Les Français se soucient de plus en plus de la cause agricole. Selon la première édition du baromètre de la transition alimentaire, réalisé par Opinion Way pour Max Havelaar, et publié ce mardi, soutenir la filière en permettant aux agriculteurs et éleveurs de vivre décemment de leur travail est leur première motivation pour se tourner vers une consommation plus responsable. L'argument est cité par 59% des Français interrogés, devant les considérations environnementales (53%) ou de santé (54%).

Le secteur privilégié pour opérer cette transition est principalement l'alimentaire (81%). Viennent ensuite l'hygiène-cosmétique-beauté (51%), les produits d'entretien (44%) ou encore le secteur de l'habillement-textile (36%). Dans toutes ces catégories, les Français optent pour des produits locaux, bio ou équitables. «Que les Français placent au premier rang la nécessité de soutenir les producteurs et agriculteurs par leurs actes d'achat marque un vrai changement culturel! Ils voient désormais dans leur consommation responsable, qui augmente partout, un outil pour changer un modèle de commerce qui épuise les producteurs», commente Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar France, cité dans un communiqué.

Ce baromètre révèle un autre phénomène d'ampleur. L'évolution des pratiques d'achat concerne toutes les catégories socioprofessionnelles et toutes les classes d'âge. 67% des personnes interrogées assurent acheter un produit dit «responsable» au moins une fois par semaine. Les jeunes (18-24 ans) sont particulièrement sensibilisés à la cause puisque 70% déclarent avoir fortement augmenté leur consommation de produits bio et 64% assurent qu'ils consomment plus de produits issus du commerce équitable.

Plus marquant encore, ce sont les catégories populaires qui déclarent avoir le plus fait évoluer leur consommation vers des produits régionaux (71% contre 65% dans les catégories aisées), «made in France» (73% contre 68%) ou issus du commerce équitable (49% contre 46%). L'étude y voit une «démocratisation» de la consommation de ces produits. Les Français (91%) attendent à ce titre que le secteur alimentaire agisse plus fortement pour développer ces gammes de produits et les rendre plus visibles dans les rayons avec des labels.

Appel à une TVA réduite

Pour Max Havelaar, ces résultats sont la preuve qu'«il faut relativiser la supposée montée d'un agribashing en France». Depuis septembre, plusieurs manifestations lancées par les agriculteurs ont eu lieu à travers la France pour dénoncer ce phénomène qui consiste à stigmatiser la profession. «Les Français voient désormais dans leur consommation un outil pour changer un modèle de commerce qui fait trop souvent des producteurs, au Nord et au Sud, la variable d'ajustement d'une course délétère aux prix cassés, quels que soient les coûts sociaux et environnementaux», assure Max Havelaar.

Le spécialiste du commerce équitable appelle le gouvernement à encourager cette transition en levant les freins existants. Le premier d'entre eux étant le prix, d'après 70% des personnes interrogées. «À quand une TVA alimentaire réduite pour des produits qui font du bien à la société, aux territoires et à la planète?» s'interroge-t-il.

0 commentaire

Annonces immobilières