Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Français boivent de moins en moins de lait

Le Figaro09/02/2015 à 08:34

VIDÉO - La consommation a baissé de 2,9% l'an dernier. Les nouvelles habitudes alimentaires, notamment au petit-déjeuner, et les polémiques sur les méfaits du lait pour la santé expliquent en partie ce décrochage.

Les Français ont-ils perdu le goût du lait? Les ventes françaises de lait liquide ont affiché un recul de 2,9% en volume en 2014, d'après les derniers chiffres de Syndilait, l'organisation professionnelle qui réunit les fabricants de laits de consommation, publiés ce vendredi. Depuis 2011, la consommation des ménages a reculé de 3,2%. Le lait longue conservation standard UHT (demi-écrémé, écrémé ou entier) - qui pèse pour 77% du marché - a été particulièrement touché, avec une baisse de 4,4% l'an dernier. Tout comme le lait frais (-3,1%) ou les laits de chèvre (-1,9%). Seuls les laits spécifiques ont vu leurs ventes augmenter (+3,9%), mais la croissance de ces laits bio, vitaminés, aromatisés, de croissance ou enrichis n'a pas suffi à compenser la mauvaise performance du cœur de marché.

Selon Syndilait, tous les circuits de distribution traditionnels sont concernés par ce désamour des Français pour le lait, surtout le hard-discount où les ventes se sont effondrées de 10,5%. «La filière française du lait de consommation, qui représente un total de 24.000 emplois en France, dont 6000 directs, est aujourd'hui en grand danger et risque à terme de disparaître», s'alarment les professionnels, qui en appellent à «l'engagement citoyen» des consommateurs. «Les professionnels sont, en effet, confrontés à des conditions de marché de plus en plus difficiles, avec une guerre des prix entre distributeurs, des ventes en baisse, ainsi qu'un afflux croissant de laits d'importation qui déstabilise la filière française.»

Les Français boivent aujourd'hui 53 litres de lait par an et par habitant en moyenne, contre 54 litres en 2013. Résultat, le marché, qui valait encore 2,3 milliards d'euros en 2013, a reculé à 2,2 milliards l'an dernier, selon RTL. Pourquoi ce déclin? L'allégement progressif du menu du petit-déjeuner, voire la disparition de ce repas, explique en grande partie ce décrochage. Selon l'Institut professionnel du lait de consommation (IPLC), le lait reste principalement consommé le matin (seul ou mélangé avec du café ou du chocolat, par exemple) par 78% des acheteurs de lait. A titre de comparaison, les Français en boivent également au goûter (23%), le soir (13%), pendant les autres repas (15%) et même parfois en dehors des repas (21%).

Le lait éclipsé au petit-déjeuner

Interrogé par Europe 1, Vincent Chatellier, chercheur à l'Inra d'Angers, explique que «dans de nombreuses familles, on ne propose plus aux jeunes enfants de consommer du lait puisqu'on leur propose d'autres produits en remplacement» comme du jus d'orange, des biscuits ou des yaourts. «Beaucoup de jeunes enfants n'acceptent plus de lait liquide les matins, comme c'était traditionnellement le cas.» Or, les enfants et les adolescents sont les plus gros consommateurs de laits. Les moins de 17 ans - 19% de la population - consomment ainsi 32% des quantités de lait, selon l'IPLC. Dans le détail, les 3-11 ans boivent 21 % des quantités totales de lait et les 12-17 ans absorbent 11% des quantités totales.

Les polémiques récurrentes sur les méfaits de la consommation de lait ces dernières années n'ont pas arrangé la situation. Récemment une étude suédoise de grande ampleur a établi un lien entre une forte consommation de lait chez les seniors et un risque accru de fractures et de mortalité. Même si, d'après un sondage CSA de 2013, 74% des Français estiment que le lait est un produit indispensable dans leur alimentation et 86% pensent qu'il est bon pour la santé, certaines craintes ont la vie dure.

D'où l'offensive des professionnels, qui ont lancé ce vendredi un nouveau logo pour mettre en avant l'origine «made in France» du lait français et éradiquer les dernières réticences des consommateurs. Ce logo va progressivement apparaître sur les briques et bouteilles de lait françaises d'ici quelques semaines.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.