Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français adeptes du «système D» pour consommer

Le Figaro 17/11/2012 à 10:31
Plus d'un consommateur sur deux cherchent à sortir des circuits marchands traditionnels. L'achat d'occasion se banalise. Tout comme la récupération d'objets dans la rue. » Presque un ménage sur deux est endetté en France

Les Français sont accros aux modes de consommation alternatifs. Achats d'occasion, groupés ou emprunts à des proches, les pratiques qui sortent des sentiers marchands ordinaires se multiplient, selon une étude de l'Observatoire société et consommation (Obsoco) publiée récemment. D'après ce baromètre*, plus d'un Français sur deux (52%) aspirent à «consommer mieux». Parmi eux, 30% déclarent même vouloir «consommer moins». «L'hyperconsommation ne semble pas aujourd'hui figurer au rang des objectifs prioritaires des Français», relève l'Obsoco.

Si certains n'ont pas le choix dans un contexte de tensions sur le pouvoir d'achat, d'autres adhèrent à ces nouveaux comportements d'achat par pure conviction, par exemple pour éviter le gaspillage. Ils entendent ainsi acheter des produits qui durent plus longtemps (à 44%), plus respecteux de l'environnement (36%), fabriqués localement (33%) ou qu'ils jugent «vraiment utiles» (32%). Des considérations qui devancent largement la quête de produits moins chers (17%). La crise n'est donc pas la seule motivation des adeptes du «consommer mieux» qui sont, par ailleurs, de plus en plus équipés en nouvelles technologies. «Internet permet de connecter l'offre et la demande pour les transactions entre particuliers, sur une échelle sans précédent», souligne l'étude.

Pour Philippe Moati, co-président de l'Obsoco, ces nouvelles aspirations sont «loin d'être un simple effet de mode ou simplement réservées aux bobos, mais tendent à s'enraciner durablement». C'est ainsi que l'achat de produits d'occasion est «devenu aujourd'hui un geste presque banal», qui concerne 60% des Français, souligne l'étude. Tout aussi répandue, l'emprunt d'objets auprès de proches ou via les réseaux sociaux est une pratique qui touche un consommateur sur deux, en particulier les jeunes. Elle porte le plus souvent sur des produits culturels ou du matériel de bricolage, mais 10% des sondés déclarent également avoir emprunté une voiture.

Champions de la «récup» sur le trottoir

D'autres pratiques, autrefois inexistantes ou marginales, explosent. Le succès de sites Internet comme Groupon ou Livingsocial, ont ainsi encouragé les Français à réaliser des achats groupés. Le concept, qui permet d'obtenir des produits et services à prix avantageux, a séduit 37% des sondés sur les douze derniers mois. Dans un même souci d'économies, les Français n'hésitent plus à mutualiser leurs achats. Ils sont près de 14% à avoir acheté un produit à plusieurs, que ce soit entre amis, collègues ou voisins, pour en partager l'usage. Enfin, l'Obsoco note que les Français sont les champions du «glanage», c'est-à-dire de la «récup» sur le trottoir. Plus d'un tiers (38%) des personnes interrogées admettent en effet récupérer des objets jetés ou déposés dans la rue, notamment lors du ramassage des encombrants. Une manière de chiner gratuitement qui «ne se cantonne manifestement pas aux populations en difficultés économiques».

Pour autant, l'essor de ces alternatives sont loin de refléter une «entrée en résistance massive» des Français à l'égard de la consommation, assure l'Obsoco. «Les pratiques de consommation émergentes apparaissent souvent comme des solutions pour 'consommer malin', retirer davantage d'effets utiles, de satisfactions, de chaque euro dépensé.» Voilà qui devrait sans doute rassurer les acteurs traditionnels du commerce.

* Enquête réalisée en ligne par Opinéa du 9 au 23 juillet 2012, auprès d'un échantillon de 4072 personnes représentatif de la population française de 18 à 70 ans.

Les cadeaux d'occasion, une astuce pour les «petits budgets» à Noël

Malgré la crise, le Père Noël sera généreux en 2012. Selon la 15e édition de l'étude du cabinet Deloitte sur le budget des Européens pour les fêtes, les Français dépenseront 639 euros en cadeaux, repas et sorties cette année, soit 0,7% de plus que l'an dernier. Pour autant, ils devraient «rester raisonnables dans leurs achats car ils ne veulent pas emprunter pour faire leurs cadeaux», estime le géant de l'e-commerce PriceMinister. Dans un récent sondage*, le groupe souligne que 98% des consommateurs ne prendront pas de crédit à la consommation pour fêter Noël. Les «petits budgets», qui consacreront un total de moins de 100 euros aux cadeaux cette année, devraient donc avoir le réflexe «occasion». Selon PriceMinister, 60% des sondés se disent prêts à offrir un cadeau d'occasion s'il est en bon état, une part qui grimpe à 70% chez les 18-24 ans. Autre astuce pour réaliser des économies, le «fait maison» est en vogue. D'après ce sondage, 15% des Français ont l'intention de fabriquer eux-mêmes leurs cadeaux.

* Etude réalisée en ligne par l'Institut OpinionWay pour PriceMinister du 24 au 26 octobre sur 1002 répondants âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population française.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.