Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les femmes achètent moins de vêtements depuis 2000

Le Figaro30/08/2011 à 08:45
Malgré une baisse des prix moyenne de 13 %, elles achètent moins en volume.

Les consommatrices avaient été prévenues: les prix des robes, tee-shirts et jeans devaient grimper en 2011, suite à la flambée du coton. Pour pouvoir s'acheter autant de vêtements, elles se tournent vers les enseignes premiers prix, observe l'Institut français de la mode (IFM). Lors des cinq premiers mois de l'année, les ventes de vêtements féminins (hors sous-vêtements) ont progressé de 0,5% en valeur sur un an. Hypermarchés et chaînes de périphérie (Kiabi, Gemo...) en profitent: leurs ventes ont progressé respectivement de 7,3% et 2%.

Cette saison ne reflète cependant pas le mouvement de fond analysé par l'IFM dans une étude sur les évolutions du marché du prêt-à-porter féminin depuis 2000. Durant cette décennie, les prix ont en effet chuté, en moyenne, de 13%. Et pourtant, les ventes de vêtements féminins ont dans le même temps reculé de 2,2% en volume. En valeur, la baisse atteint 3%, calcule l'IFM, et le marché a atteint 11 milliards d'euros en 2010. Les Françaises ne se laissent pas si facilement tenter par les offres agressives pour renouveler plus souvent ou agrandir leur garde-robe.

Un budget réduit de 82 euros en dix ans

En intégrant les sous-vêtements, le marché du prêt-à-porter féminin s'est élevé à 14,9 milliards d'euros l'an passé. Ils représentent la moitié du marché de l'habillement, contre un tiers pour les hommes et 17% pour les enfants.

Rien d'étonnant à ce que les distributeurs se livrent une forte concurrence pour conquérir les placards des femmes. Certaines chaînes (H&M, Cache-Cache) ont multiplié leur nombre de boutiques par six depuis 2000.

Ces enseignes, qui renouvellent toutes les six semaines leurs collections à prix accessibles pour inciter les clientes à revenir en magasin, n'ont pas totalement réussi à transformer les Françaises en adeptes de la fast fahion. Plutôt que de dépenser plus souvent à plus petits prix, elles préfèrent réduire leur budjet total. Une consommatrice a consacré en moyenne 407 euros pour se vêtir l'an dernier, soit 82 euros de moins qu'en 2000. Au risque de nuire au mythe de la Française icône de l'élégance, l'IFM note que son budget vestimentaire est plus réduit que ceux de ses voisines. En 2009, elle a déboursé près de 200 euros de moins qu'une Allemande!

Ces dernières années, les Françaises ont été aidées dans leur chasse au prix malins par les distributeurs, qui ont répercuté la baisse des coûts de production et profité de la suppression des quotas d'importation de vêtements «made in China». Par ailleurs, les consommatrices profitent de plus en plus des soldes et promotions. En dix ans, la part des achats en soldes et promotions est passée d'un quart à un tiers du marché féminin.

Cette tendance devrait se poursuivre: «la multiplication de la fréquence des soldes (avec l'instauration des soldes flottants en 2008, NDLR) contribue à renforcer chez le consommateur un sentiment de suspicion sur les prix», constate l'IFM. Cela conduit les clientes à concentrer leurs achats sur les périodes de rabais. Par ailleurs, elles vont de plus en plus sur Internet pour faire du lèche-vitrines. Depuis 2006, la part de marché des sites d'e-commerce est passée de 2,3% à 8,7%.


LIRE AUSSI:

» Soldes d'été 2011 : un bilan contrasté dans l'habillement

» Consommation : les Français parmi les champions d'Europe


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.