Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les expulsions de locataires sont autorisées à partir de dimanche

Le Figaro31/03/2018 à 07:00

Ce samedi signe la fin de la trêve hivernale. À partir de dimanche, les expulsions locatives sont donc à nouveau applicables. Cinq mille places d'hébergement d'urgence seront pérennisées.

Le 31 mars signe, comme chaque année depuis l'entrée en vigueur de la loi Alur, la fin de la trêve hivernale pour les expulsions locatives. Dès ce dimanche, les personnes concernées devront donc quitter les logements qu'ils occupent, souvent en raison de loyers impayés. Ce devrait être le cas des «zadistes» qui occupent encore la «Zad» (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes et à qui le premier ministre Édouard Philippe avait donné jusqu'à la fin de la trêve hivernale pour s'en aller. En 2016, un peu plus de 11.000 personnes ont été expulsées selon la Chambre nationale des huissiers de justice. La Fondation Abbé-Pierre avance, quant à elle, le chiffre de 15.222 (+140% en quinze ans). La procédure doit être mise en œuvre par un huissier. Son intervention doit en principe être annoncée, avant sa visite.

» LIRE AUSSI - Logement: l'envolée des expulsions expliquée en six graphiques

Si les locataires sommés de partir ne veulent pas quitter les lieux, le préfet peut, au cas par cas, demander aux forces de l'ordre de procéder à leur expulsion forcée. Les personnes délogées sont ensuite réorientées vers des structures d'hébergement d'urgence. Le bailleur qui procède lui-même à l'expulsion d'un locataire récalcitrant encourt trois ans de prison et 30.000 euros d'amende (article 226-4-2 du Code pénal).

À l'issue de la trêve hivernale, le gouvernement a annoncé que 5000 places d'hébergement d'urgence ouvertes cet hiver (qui s'ajoutent aux 131.000 ouvertes toute l'année), seront pérennisées, comme l'avait réclamé, au début du mois de mars, un collectif d'associations. Pour le ministre de la Cohésion des territoires, cette décision est surtout une manière de prendre en compte «la réalité» du phénomène des sans-abri. Toutefois, il appelle à «davantage de concertation à l'avenir» entre les services de son ministère et les associations.

Pour éviter l'expulsion, la Chambre nationale des huissiers de justice conseille aux locataires de contacter leur bailleur afin de trouver un arrangement à l'amiable, comme la mise en place d'un échéancier des remboursements de la dette locative. Si aucun accord n'est trouvé, le locataire peut saisir la commission de surendettement ou faire appel à une association ou une agence départementale. «Il est dans l'intérêt du locataire de se rendre en personne aux convocations reçues pour expliquer sa situation et bénéficier d'un diagnostic personnalisé», conseille la Chambre nationale des huissiers de justice.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.