Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les épargnants se ruent sur les placements défiscalisants

Le Figaro16/12/2010 à 16:01
Avant l'entrée en vigueur du coup de rabot sur les niches fiscales, les produits qui allègent l'impôt font recette.

Dans les banques, chez les conseillers en gestion de patrimoine, l'heure des vacances n'a pas encore sonné. C'est, depuis quelques semaines - et encore pour quelques jours -, le traditionnel «rush» de fin d'année sur les placements défiscalisants, ceux qui permettront aux contribuables d'alléger l'an prochain le montant de leur impôt sur le revenu, s'ils souscrivent avant le 31 décembre. «Nous recevons en général les deux tiers des souscriptions entre Noël et le jour de l'An», explique Fabrice Imbault, directeur associé chez A Plus Finance, une société qui gère notamment des FCPI (fonds communs de placement dans l'innovation).

Mais, déjà, les grandes tendances se dessinent. Cette année, les investisseurs se sont rués sur les SCPI Scellier. Ces sociétés qui investissent dans les logements neufs offrent à leurs souscripteurs une réduction d'impôt de 25 %, pour l'instant, sur neuf ans. L'investissement minimal est de quelques milliers d'euros.

Au premier semestre, plus de 100 millions d'euros ont déjà été collectés sur ce placement. «Au second semestre, on devrait atteindre 650 à 700 millions au niveau national, ce qui porterait à la collecte à 750 ou 800 millions pour l'année 2010. Un record pour ce type d'investissement», note Didier Degraeve, chez Ciloger. Ce succès s'explique par l'engouement des Français pour la pierre. Mais sans doute aussi parce qu'il était tentant d'investir sans tarder : l'avantage fiscal sera réduit pour les souscriptions réalisées l'an prochain.

Sofica, un placement rare

Succès aussi pour les Sofica, ces sociétés qui financent les films, les dessins animés... La réduction d'impôt est alléchante (48 %). Et le montant de la collecte est plafonné par le ministère du Budget (une soixantaine de millions d'euros en 2010). Chaque année, les épargnants s'arrachent donc ce placement trop rare.

L'année a été plus compliquée en revanche pour les investissements au capital de sociétés non cotées en Bourse, notamment via des fonds spécialisés, comme les FCPI, pour les sociétés innovantes, ou les FIP (fonds d'investissement de proximité). Certes, les clients ont envie d'en profiter avant que la réduction d'impôt (25 %) ne soit réduite. «Mais certains sont restés dans l'expectative. Les débats parlementaires autour de la loi de finances et des mesures envisagées pour ces fonds les ont perturbés, remarque Fabrice Imbault. Pourtant, la plupart des mesures prises ne sont applicables que l'an prochain». Depuis quelques années, fleurissent aussi de nombreuses petites sociétés, que les contribuables peuvent financer pour profiter d'une économie d'impôt (25 %), et investir ainsi dans les secteurs les plus variés. Par exemple, Foncière Forestière, créée à l'initiative de la Financière de Champlain pour acheter et gérer des forêts, recrute des actionnaires à partir de 2 100 euros !

Est-ce un signe de l'engouement des épargnants ? Les placements défiscalisants, longtemps commercialisés surtout par les conseillers en gestion de patrimoine indépendants et les banques privées, sont désormais de plus en plus distribués aussi dans les réseaux bancaires.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.