Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les dépenses de logement dans le viseur de Bercy

Le Figaro20/12/2013 à 07:00
Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, veut cibler notamment l'enchevêtrement des dispositifs de défiscalisation en faveur de l'investissement immobilier locatif.

Après l'adoption définitive jeudi du projet de loi de finances (PLF) pour 2014, le gouvernement a désormais les yeux rivés sur le budget 2015. Avec une priorité: réduire les dépenses publiques de plus de 15 milliards, pour tenir l'engagement de Jean-Marc Ayrault d'une baisse de 50 milliards de 2015 à 2017. Désireux de montrer qu'il passe la vitesse supérieure, l'exécutif a annoncé mercredi à l'occasion du quatrième comité interministériel de la modernisation de l'action publique (Cimap) des pistes pour dégager 5 à 7 milliards d'euros d'économies à l'horizon 2017. Mais pour l'échéance de 2015, le premier ministre a parallèlement demandé à chaque ministre de proposer des coupes dans les dépenses. Pour accélérer le processus, Bernard Cazeneuve entamera dès janvier, au lieu de mars habituellement, des négociations qui s'annoncent serrées avec certains ministres. Le principe qui prévaut: «demander d'autant plus d'économies qu'une politique est moins efficiente» dans un domaine, explique le ministre du Budget.

Bercy semble particulièrement déterminé à trouver de nouvelles économies sur le logement. Le ministre du Budget cible notamment l'enchevêtrement des dispositifs de défiscalisation en faveur de l'investissement immobilier locatif (Périssol, Besson, Robien, Borloo, Scellier et désormais Duflot...). Autant de dispositifs - dont le coût devrait dépasser 1,5 milliard en 2014 (après 1,6 milliard en 2013), selon le rapport du député PS Christophe Caresche - que le Cimap, qui souhaite que «chaque euro dépensé soit un euro utile», entend d'ailleurs «rationaliser», sans remettre en cause l'objectif de construire 500 000 logements neufs par an d'ici à la fin du quinquennat.

Un coût de 14 milliards

Il faut dire qu'il y a du grain à moudre. L'ensemble des dépenses fiscales - qui comprennent aussi les réductions de TVA ou les prêts à taux zéro - dans le domaine du logement est estimé à 14,3 milliards d'euros pour l'an prochain, contre 15,5 milliards en 2013. Quant au total des dépenses de l'État en faveur du logement, il atteindra 39,5 milliards en 2014 et même 41,3 milliards si on intègre les contributions des collectivités locales.

Inquiet déjà du risque de dérive de la garantie universelle des loyers (GUL) du projet de loi sur le logement de Cécile Duflot, le gouvernement a obtenu pour le budget 2014 un amendement pour la recentrer et réduire son coût à 400 millions d'euros par an à terme.

Dans le domaine de la santé, où Bercy a également identifié des gisements d'économies, le Cimap préconise sans surprise de développer le recours à la chirurgie ambulatoire et aux médicaments génériques. Les collectivités locales, qui verront déjà la dotation de l'État baisser de 1,5 milliard en 2014 et 2015, sont également dans le viseur de Bercy. Il s'agit de réfléchir à des économies qui pourraient être dégagées grâce à une meilleure coordination et à des mises en commun de dépenses. Dernière piste d'économie à laquelle réfléchit le ministère du Budget: travailler à des rapprochements au sein des 550 opérateurs de l'État (comme le CNRS ou Météo France).

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.