Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les demandes de médiation explosent dans l'assurance

Le Figaro20/10/2014 à 14:04

L'an dernier, le médiateur de la FFSA, chargé de régler à l'amiable les litiges entre assureurs et particuliers a reçu plus 10 000 demandes, soit 25% de plus qu'en 2012. Les litiges concernent surtout les assurances auto, multirisque habitation et les assurances emprunteurs.

Les demandes de médiation pour résoudre des problèmes d'assurance explosent. Le service de médiation chargé de régler à l'amiable les litiges entre les compagnies d'assurances et les particuliers a ainsi reçu en 2013 quelque 10.461 demandes, soit 2049 de plus qu'en 2012. Cette tendance s'est poursuivie, voire amplifiée au cours des six premiers mois de l'année, les demandes de médiation ayant déjà augmenté de 25%. En cinq ans, ces demandes ont bondi de 413%!

Pour Francis Frizon, le médiateur de la FFSA, plusieurs causes expliquent cette flambée. A commencer par «l'appétence toujours plus grande pour la médiation de préférence à la voie judiciaire, la persistance de la crise économique et la modification sensible des comportements», écrit-il dans son rapport annuel.

Hausse des litiges sur l'expertise

Les comportements ont changé. «Aujourd'hui, la réclamation s'inscrit dans un environnement où tout apparaît contestable et est contesté», constate le médiateur. «Les assurés n'hésitent plus à manifester leur désaccord vis-à-vis de la position de leur assureur, à en faire part au médiateur, à solliciter à plusieurs reprises des explications, à contester les rapports d'experts et à multiplier les recours». Le rapport relève ainsi une forte recrudescence des désaccords sur l'évaluation des dommages par les experts, qui conditionne en grande partie le montant des indemnités versées. «Les assureurs ne sont pas en reste. Ils sont de plus en plus souvent enclins à faire part de leur désaccord quant à la position prise par le médiateur en cas d'avis défavorable», relève Francis Frizon.

Comme les années précédentes, la majorité (60%) des litiges concernait des problèmes liés aux assurances de biens et de responsabilités, essentiellement assurances auto et multirisque habitation. La crise se fait aussi de plus en plus sentir. Le nombre de litiges liés au non-paiement des cotisations de la part d'assurés confrontés à des difficultés financières est en augmentation. Par ailleurs, les demandes de médiation portant sur les garanties d'assurance voyage ont bondi 30% entre 2012 et 2013. Bon nombre des problèmes concernaient les assurances adossées à une carte bancaire.

Quatre dossiers sur dix refusés

En assurances de personnes, ce sont principalement les contrats collectifs qui posent problèmes et plus particulièrement les assurances-emprunteur. Le médiateur de la FFSA craint d'ailleurs que la nouvelle loi sur la consommation, qui facilite la résiliation de ce type de contrats, ne fasse augmenter les demandes de médiation. Plus largement, il estime que «la multiplication des lois censées mieux protéger les consommateurs, paradoxalement, entraîne l'augmentation des litiges».

La médiation n'est pas garantie de succès pour l'assuré. L'an dernier, plus de quatre dossiers sur dix ont été renvoyés par la médiation de la FFSA, soient parce qu'ils ne relevaient pas de sa compétence, soit parce qu'ils étaient irrecevables en l'état. Au final, sur les 477 avis rendus par cette médiation, seuls 42% ont été favorables en totalité ou en partie au réclamant, soit légèrement moins qu'en 2012.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.