Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les constructeurs de maisons face à la "révolution" de la réglementation thermique

RelaxNews30/11/2012 à 11:12

Brandon Bourdages/shutterstock.com

(AFP) - Les constructeurs de maisons individuelles s'adaptent avec célérité à la nouvelle réglementation thermique 2012 (RT 2012), visant à diviser par trois la consommation d'énergie des logements neufs, une mesure phare du Grenelle de l'Environnement, applicable le 1er janvier 2013.

"Nous sommes à la veille d'un grand bouleversement. C'est un rendez-vous avec l'Histoire qui ne doit pas être loupé", déclare à l'AFP Christian Louis-Victor, président de l'Union des maisons françaises (UMF) qui réunit la grande majorité des constructeurs de maisons individuelles.

Mais "cette réforme tombe très mal car la conjoncture est en baisse et cela va augmenter les prix de vente d'environ 10%", poursuit le président de l'UMF qui a demandé, en vain, aux pouvoirs publics un "report de 1 à 2 ans".

Le cabinet de conseils Xerfi estime même que "l'inflation des coûts atteindra au final 15% à 20% les premières années contre 7% à 8% en moyenne prévus par les pouvoirs publics".

Pour Patrick Vandromme, PDG de Maisons France Confort (MFC), le numéro 1 du secteur basé à Alençon, "ce n'est pas une évolution, c'est une révolution. C'est comme si soudainement toutes les voitures neuves consommaient seulement 2,5 l aux 100 km".

Un plafond de consommation d'énergie primaire (chauffage, eau chaude, éclairage, climatisation, ventilation) de 50 kilowatts/heure par m2 et par an est fixé, inférieur de plus de moitié à la moyenne actuelle d'environ 120 kWh par m2 et par an.

Mais, dans le nord et l'est de la France, les nouveaux bâtiments pourront consommer jusqu'à 65 kWh par m2 et par an, alors qu'ils devront atteindre une performance de 40 kWh/m2/an sur le pourtour méditerranéen, aux hivers plus doux.

Aussi les constructeurs rivalisent d'ingéniosité dans leurs réalisations présentées récemment lors d'un séminaire technique.

Le gaz gagnant

Ainsi Depreux Construction propose une maison "à effet joule, toute électrique, construite en briques avec une isolation renforcée, dotée de convecteurs radiants, d'un ballon thermodynamique ainsi qu'une gestion centralisée des volets roulants et du comptage de l'énergie". Pour un prix de seulement 125.000 euros (hors terrain) pour une surface de 102,5 m2.

"Le chauffage était le poste des charges le plus cher. Cela ne va plus être le cas", souligne Julien Depreux, dirigeant de cette entreprise d'Orvault, près de Nantes.

Maisons France Confort - qui a travaillé avec Saint-Gobain, EDF, Philips, Somfy et Schneider - mise plutôt sur un "coup marketing", une maison à énergie positive, que la réglementation rendra seulement obligatoire en 2020, associé à une voiture électrique pour les déplacements, dont on peut voir un exemplaire à Saint-Priest (Rhône).

En général les contraintes techniques vont toutefois obliger à un transfert radical du chauffage électrique, 80% du total actuellement, vers le gaz.

"Avec les convecteurs électriques c'est quasiment irréalisable pour atteindre les seuils demandés. C'est le gaz qui va en profiter", affirme M. Vandromme.

Un choix étonnant alors que la France est auto-suffisante en électricité, grâce aux centrales nucléaires, alors qu'elle est dépendante de l'étranger pour le gaz.

M. Louis-Victor estime que les ventes de maisons prévues en 2013 (110.000) seront largement inférieures à celles de 2012 (125.000), à cause de la détérioration de la situation économique et de la hausse des prix,

"Il y aura de la casse et des morts. Mais la baisse des ventes affectera surtout les sous-traitants", conclut Etienne Requin, PDG du groupe Extraco basé à Rouen.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.