Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les collectionneurs d'art menacent de quitter la France

Le Figaro02/06/2011 à 01:29
Les collectionneurs, galeristes et acteurs du monde de l'art présents à la Biennale de Venise ont accueilli avec surprise et déception l'amendement proposant d'inclure les ?uvres dans l'assiette de l'ISF.

La nouvelle les a cueillis à froid mercredi. Bon nombre de collectionneurs, galeristes et autres acteurs du monde étaient à Venise pour l'inauguration de la Biennale d'art contemporain. Un rendez-vous tant attendu... Mais la fête a été un peu gâchée par l'initiative des députés français qui cherchent à intégrer les œuvres d'art dans le calcul de l'ISF. «Serions-nous punis d'être restés en France ? s'interroge Yoyo Maeght, PDG de Maeght Editeur et petite-fille du galeriste et collectionneur Aimé Maeght. On nous avait toujours dit de partir mais nous ne l'avons pas cru. Le ministère des Finances m'a même consultée sur ce sujet - qu'est-ce qu'une œuvre d'art ? - et il a organisé plusieurs réunions auxquelles j'ai participé. Je ne pensais pas que les décisions seraient arrêtées aussi vite. Je n'ai pas lu le texte proposé et je ne sais pas quel est le taux prévu. Mais cela signifie-t-il que si je veux garder le portrait de ma grand-mère peint par Giacometti, je serais imposée à l'ISF ? Cela deviendrait une taxe annuelle en plus d'être une taxe de succession.»

Déjà se posent les questions pratiques sur la mise en œuvre d'une telle mesure. «Qu'est-ce qu'une œuvre d'art ?, dit François Blanc, directeur de Communicart, agence en communication culturelle. Comment l'évaluer ? En fonction de son prix d'achat ou de son prix de vente ? Sur le marché français ou international ? Un vrai casse-tête pour la déclaration fiscale.»

Des conséquences pour le marché de l'art

L'autre inquiétude, ce sont bien sûr les conséquences. «Il est important que cette loi ne passe pas, analyse Laurence Dreyfus, consultante en art. Elle freinerait les motivations des jeunes collectionneurs qui depuis quelques années ont redynamisé le marché par leurs achats courageux.» «Cette mesure incitera les amateurs à vendre à l'étranger et surtout pas à acheter en France, renchérit Emmanuel de Chaunac, senior vice president chez Christie's. Il y a un risque énorme de fuites des œuvres d'art à l'étranger. À l'échelle mondiale, et surtout au regard des pays émergents, le marché français arrive loin derrière la Chine - nouveau leader mondial - ou les États-Unis. Il perdrait encore de son influence.»

En tout, ceux qui ont déjà choisi de quitter la France n'en sont que plus heureux, à l'instar de ce couple de collectionneurs parisiens qui s'est installé en Belgique il y a six mois. «Cela nous conforte dans notre décision, disent-ils. Pour notre grande collection nous achetons et vendons souvent. En France, on voulait déjà nous taxer sous prétexte que nous avions une activité assimilable à une activité de marchands.»

LIRE AUSSI :

» Les œuvres d'art dans l'ISF

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.