Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les classes moyennes, grandes oubliées de la politique familiale

Le Figaro28/01/2015 à 06:02

Les aides sociales et fiscales aux familles profitent surtout aux ménages modestes et aisés. Toutefois, ces derniers ont été durement touchés par les réformes de la famille des gouvernements Ayrault puis Valls.

Les classes moyennes sont les grandes perdantes de la politique familiale française. Le système socio-fiscal, note le Trésor dans une étude diffusée mardi, «est plus important pour les ménages les plus modestes et les plus aisés que pour les ménages aux revenus intermédiaires».

Les familles qui gagnent entre 1 Smic et 3,5 Smic, soit entre 1128 et 3900 euros nets, perçoivent moins d'aides sociales et bénéficient de moins de réductions d'impôts que les autres. «Les réformes récentes, en particulier la baisse du plafond du quotient familial et la mise sous condition de ressources des allocations, ont toutefois réduit l'avantage pour les ménages les plus aisés et soutenu les plus modestes», précise le Trésor.

En moyenne toutefois, la politique familiale française produit un effet certain sur le niveau de vie des familles. En effet, avant de toucher les aides, les familles d'un ou deux enfants ont en moyenne un niveau de vie inférieur de 11% à celui d'un ménage sans enfant. Les familles de trois enfants et plus ont, quant à elles, un niveau de vie d'un quart inférieur.

Après prise en compte des aides sociales et fiscales, les écarts de niveaux de vie sont drastiquement réduits. «La redistribution réduit ces écarts de plus d'un tiers» et «bénéficie particulièrement les familles monoparentales et les familles nombreuses», a calculé le Trésor. De surcroît, 57% des familles sont bénéficiaires nettes du système social et fiscal français, contre 25% des ménages sans enfant. En clair, elles reçoivent plus qu'elle ne paient en impôts ou en cotisations sociales. Dans le détail, «les familles nombreuses reçoivent en moyenne plus de 4300 euros de transfert nets par an et 85% d'entre elles sont bénéficiaires du système. Il s'agit, évidemment, d'un chiffre moyen qui recouvre des réalités très variables selon les niveaux de revenus.

Politique du troisième enfant

C'est d'autre part à partir du 3ème enfant que les aides sociales et fiscales sont les plus puissantes. Logique, quand on sait par exemple que le fisc accorde une demi-part fiscale pour chacun des deux premiers enfants, puis une part entière à partir du troisième. Résultat? «En Europe, la France est d'ailleurs l'un des pays où l'apport des naissances de rangs 3 et plus est le plus élevé» à la démographie, lit-on dans le rapport Fragonard d'avril 2013 sur les aides aux familles.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.