Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les « banques privées » sont-elles faites pour vous ?

Le Figaro29/06/2012 à 20:57
Les services de gestion personnalisée se développent en France au sein des grandes banques. Ces prestations individualisées sont accessibles à partir d'un certain niveau d'avoirs financiers ou de revenus.

Immeuble discret, moquette épaisse, salon feutré et accueil individualisé. Voilà quelques clichés qui collent à la peau du monde de la gestion privée. Autrefois apanage de quelques établissements familiaux historiques et de filiales de banques suisses, ce service se développe en France depuis une dizaine d'années. Notamment au sein des grands réseaux bancaires, qui ont tous développé une offre spécifique pour la frange huppée de leur clientèle.

Tous disposent aujourd'hui de structures dédiées à la gestion privée. Selon les réseaux, ces services sont accessibles à partir d'un certain niveau d'avoirs financiers ou de revenus (voir tableau ci-dessous). Globalement, les services de gestion privée des banques sont organisés de la même façon. Un premier échelon est destiné aux clients aisés, ou en constitution de patrimoine, aux besoins spécifiques (crédit pour un investissement locatif, assurance-vie haut de gamme...). «Nous considérons que cette cible représente, parmi les plus aisés, environ 10 % de la population française», précise Philippe Renault, directeur de la clientèle Premier chez HSBC France.


La deuxième strate couvre la clientèle aux revenus plus confortables ou au patrimoine important, qui profite surtout des services de gestion d'actifs (conseillée ou sous mandat) et des conseils juridiques et fiscaux. Enfin, la troisième marche est, à proprement parler, celle de la gestion de fortune, qui ne concerne que 10 % des plus gros clients. Elle traite de questions relatives à la vente d'une entreprise ou à la gestion d'un patrimoine familial par exemple.

Des experts en appui

Maître mot de cette organisation pyramidale: le conseil personnalisé. Chaque client est confié à un gestionnaire patrimonial, sorte de chef d'orchestre chargé de mettre en musique, sans fausse note, l'expertise de la banque. «Le conseiller patrimonial s'occupe de la relation bancaire au ­quotidien, mais aussi de demandes relatives à une problématique de financement ou à des questions patrimoniales», précise Jean-Baptiste Roudillon, chez LCL Banque Privée. Grâce à une ­formation plus pointue que les simples chargés de clientèle du réseau, les conseillers patrimoniaux connaissent les règles de base du droit civil, savent répondre à des problématiques fiscales et assurer un décryptage de la gestion financière maison. Ils restent joignables à tout moment par leurs clients et peuvent se déplacer pour les rencontrer à leur domicile ou sur leur lieu de travail.

Lorsque le sujet patrimonial est plus complexe, ou plus technique, les conseillers patrimoniaux servent d'interface entre le client et des experts maison. «Notre équipe de gestion financière propose, par exemple, des produits en architecture ouverte, ou délivre des conseils en investissement dans des classes d'actifs spécifiques», confie Jean-Michel Starck, chez HSBC Private Banking France. Toutes les banques privées disposent d'ingénieurs patrimoniaux, dont le rôle est de décrypter les besoins du client et de lui apporter une solution sur mesure. Ils se font appuyer, si besoin, par des avocats fiscalistes de grands cabinets, des spécialistes du financement structuré ou des notaires experts en droit de la famille. «Le conseiller patrimonial pourra également faire appel à des professionnels de l'immobilier, de l'art, de la philanthropie et du foncier rural», précise un responsable de BNP Paribas Banque privée. Le but de cette mécanique bien huilée: prouver au client haut de gamme qu'il dispose des meilleurs services de gestion privée en restant dans son réseau. S'il est convaincu... il ne rejoindra pas la concurrence.

Choisir son conseiller financier

Pas toujours facile de savoir à qui confier son épargne quand on a un patrimoine financier de 100.000 à 500.000 euros. Les ménages s'adressent d'abord à leur banque ou à leur assureur, des généralistes de la finance capables de proposer des solutions pour financer un projet immobilier, défiscaliser ou préparer la retraite. Mais certains préfèrent s'orienter vers des courtiers sur Internet ou un conseiller en gestion de patrimoine indépendant, un CGPI qui tient au «I» de son appellation, car il n'appartient pas à un réseau. Les CGPI sont souvent plus réactifs et accessibles qu'un banquier classique le week-end et le soir. En France, le CGPI, comme le courtier, est essentiellement rémunéré par les commissions versées par les établissements gérant les fonds vendus. Le projet européen de supprimer les rétrocessions de commissions, qui a secoué ces derniers mois la profession, est pour l'instant gelé. Selon Benoît Gommard, directeur général de Cortal Consors France, le système des commissions devrait survivre, car «psychologiquement le client n'est pas prêt à payer en direct». Les courtiers en ligne, eux, offrent un accès facile à un grand nombre de produits et affichent des frais faibles, voire nuls, sur les sicav. «Mon banquier, c'est moi», vante la publicité de l'un d'eux. Mais précisément, là peut être le hic. N'attendez pas tout de ce type d'établissement qui s'adresse à une clientèle plus autonome que les CGPI.

LIRE AUSSI:

» Miser sur l'immobilier dans son contrat d'assurance-vie

» Placement: sachez bien rémunérer vos liquidités

SERVICE:

» Le meilleur de l'assurance-vie avec Cplussur


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.