Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les bag-in-box, bien plus que des cubis

RelaxNews19/09/2014 à 19:26

AFP PHOTO / PRESSENS BILD / ORJAN BJORKDAHL

(AFP) - A l'oeil nu, ils ressemblent aux bons vieux cubis mais les bag-in-box sont bien plus que cela et avec 30% de parts de marché, ils bousculent les traditions. Mais jusqu'à quel point ?

"Un cubi c'est cinq litres de vin dans du plastique avec un bouchon classique à vis. Dès que vous l'ouvrez, il entre en contact avec l'air. Le bag-in-box, ou +bib+ pour les initiés, est un emballage carton qui vient protéger une outre alimentaire sous vide, avec un bouchon doseur", explique François Crouzet, directeur de la communication de Castel branche vins, numéro un des vins français.

"Au fur et à mesure que vous buvez, la poche se rétracte: il n'y a donc aucun contact avec l'air", poursuit Patrick Jorge, caviste à Anglet dans les Pyrénées-Atlantiques.

Une fois ouvert, le "bib" se conserve entre six et huit semaines, bien plus qu'une bouteille débouchée ou un cubitainer (cubi) qui tourne rapidement.

"C'est moderne, c'est jeune et ça présente mieux", résume un caviste parisien. Dans sa boutique du XVIIe, il propose même des "Cubiton". Le "Cubiton", c'est le summum de la "branchitude": un vin AOC dans un bag-in-box ultra design.

- Irremplaçable bruit du bouchon -

Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser spontanément, ce ne sont pas les jeunes qui sont les plus gros consommateurs mais les plus de 50 ans qui représentent près de trois quarts des achats, selon des données de Kantar World Panel datant de 2012.

"Les jeunes en achètent principalement pour leurs barbecues et les fêtes. Les plus de 50 ans en font davantage un usage quotidien. C'est aussi dans le prolongement de l'histoire du cubi: les anciens achetaient beaucoup en vrac", résume Sophie Vialis, chargée d'études chez Inter-Rhône (interprofession des vins de la Vallée du Rhône).

Et puis le "bib" est pratique, se conserve bien, est facile d'usage pour les personnes qui pourraient avoir du mal à déboucher une bouteille. Il permet aussi des économies: "par exemple j'ai un Côtes de Bordeaux à 7,25 euros les 75 cl en bouteille et à 48 euros les 10 litres en +bib+, soit 4,80 euros le litre", illustre Patrick Jorge.

Par contre difficile de savoir la quantité consommée et si le carton se recycle, la poche de liquide non.

Ce type de conditionnement a démarré il y a déjà 25 ans. Mais au début c'est surtout la restauration qui l'utilisait en format XXL (les 10 litres).

Progressivement, le grand public s'y est mis, privilégiant des litrages plus légers (trois ou cinq litres).

Le marché continue d'exploser puisque les ventes en volumes en grandes surfaces ont encore progressé de 7,4% sur un an (chiffre à fin avril 2014), quand les bouteilles classiques de 75cl ont reculé de 1,8%, selon des données de la société d'études de marché spécialisée dans le secteur de la grande consommation IRI.

Désormais, les bag-in-box détiennent 34,8% des parts de marché du vin en hyper et supermarchés, derrière la bouteille (54,7%) et loin loin devant le cubitainer (4,2% de parts de marché).

Mais peuvent-ils remplacer les bouteilles ? A priori non et pour plusieurs raisons.

"Pour les grands vins, il y a tout un cérémonial, le bruit du bouchon, la carafe à décanter" et ça, c'est irremplaçable, pour Patrick Jorge.

De plus, même s'il monte en gamme, le "bib" reste majoritairement pour des "vins de soif".

Et puis surtout, le bag-in-box ne peut pas convenir à des vins de conservation. "Le verre ne va pas laisser passer l'oxygène si ce n'est entre le bouchon et le verre pour qu'il se bonifie. La poche du bag-in-box est plus perméable", selon Sophie Viailis, oenologue de formation.

Performance bib, qui regroupe tous les acteurs du secteur, estime qu'un bag-in-box peut se conserver neuf mois à partir de sa mise en poche. Mais des expérimentations sont actuellement faites, notamment chez Inter-Rhône, pour affiner ces données.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.