Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les avantages fiscaux des retraités dans le collimateur

Le Figaro13/09/2012 à 20:52
La Cour des comptes estime à 12 milliards par an le coût pour les finances publiques des ristournes d'impôt et de charges accordées aux retraités.

Un constat sans concession et des remèdes explosifs. Dans son rapport, la Cour des comptes estime à 12 milliards par an le coût pour les finances publiques des ristournes d'impôt et de charges accordées aux retraités. Soit quatre fois la facture de la TVA réduite dans la restauration! Pour la Cour, il y a urgence à réexaminer ces dispositifs. «Les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, notamment les jeunes», justifie son premier président, Didier Migaud.

La niche la plus injustifiée permet aux retraités de diminuer le montant de leur pension de 10% dans leur déclaration d'impôt sur le revenu (IR), comme les salariés en ont le droit pour compenser leurs frais professionnels. Or «les retraités n'ont plus à supporter de dépenses de ce type». En plus d'être injustifié, ce dispositif est également antiredistributif: plus la pension est élevée, plus la ris­tourne est importante. Et les retraités modestes, qui ne sont pas imposables, n'en profitent pas. Tout cela pour une niche qui coûte, au bas mot, 3 milliards par an au budget de l'État.

Niche antiredistributive

La Cour recommande donc de supprimer progressivement cet abattement, dans la droite ligne de sa philosophie, exprimée par Didier Migaud, de «demander un effort prioritaire à ceux dont les ressources sont les plus élevées». Pour la même raison, les magistrats de la rue Cambon demandent de faire passer à la trappe une autre niche, elle aussi coûteuse - 800 millions - et antiredistributive, dont bénéficient certains aînés: les retraités ayant élevé au moins trois enfants profitent d'une majoration de pension échappant à l'IR. La Cour est en revanche plus patiente pour les ristournes de taxe d'habitation et de taxe foncière - dont elle préconise cependant la suppression «à terme» - car ces avantages, évalués à 750 millions, profitent souvent à des retraités modestes.

L'autre grande inégalité concerne la CSG. En France, un travailleur pauvre paye davantage de CSG qu'un retraité aisé. Car la CSG sur les pensions (6,6%, 3,8% ou 0%, selon les revenus) est inférieure à celle qui est calculée sur les salaires (7,5%). Coût de cette distorsion? Six milliards par an. Consciente de la situation difficile des «petites retraites», la Cour demande d'aligner donc la CSG des retraités aisés (6,6%) sur celle des salariés. De quoi dégager 1,2 milliard. Le gouvernement a cette piste en tête pour financer la dépendance, mais pas pour combler les trous structurels de la Sécu.

Rien ne dit que Jean-Marc Ayrault osera appliquer la potion radicale de la Cour. D'autant que ­cette dernière veut aussi limiter les exonérations de charges bénéficiant aux retraités employeurs et soumettre leurs pensions aux cotisations d'assurance-maladie. Une révolution.

LIRE AUSSI:

» La Cour des comptes dénonce les dérives de la Sécu

» Ces 50 taxes qui financent aussi la Sécu

» Une réforme des régimes spéciaux de retraite a minima

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.