Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les astuces pour obtenir une assurance auto jeune conducteur au meilleur prix

Le Figaro07/07/2016 à 19:13

Les jeunes conducteurs peuvent payer jusqu'à 100 % de surprime lorsqu'ils achètent leur première voiture et l'assurent à leur nom. Il faut dire que les statistiques d'accidents ne jouent pas en leur faveur. Heureusement, il existe des solutions pour faire baisser les tarifs d'assurance.

Vous venez d'avoir votre permis de conduire et vous avez acheté votre première voiture. La prochaine étape est donc de vous assurer… et de payer une surprime. En effet, les statistiques d'accidents sont très défavorables aux jeunes conducteurs. En 2015, 18 % des accidents mortels impliquaient des conducteurs entre 18 et 24 ans. Moins expérimentés, ils conduisent souvent des véhicules plus anciens et parfois un peu trop vite. Pour les assureurs, cela signifie plus de risques potentiels, plus d'indemnisations à verser, donc des cotisations plus élevées.

Jeune conducteur: pas forcément jeune!

Certes, les jeunes conducteurs évoqués dans ces statistiques ont entre 18 et 24 ans. Cependant, le jeune conducteur peut aussi être bien plus âgé, mais ne détenir son permis de conduire que depuis moins de 3 ans. Ou encore, il peut l'avoir obtenu il y a longtemps et ne pas avoir conduit avec un véhicule personnellement assuré auto depuis au moins 3 ans. Dans tous ces cas de figure, l'individu est qualifié de jeune conducteur. Ce statut n'a donc aucun rapport avec l'âge du titulaire du permis.

Dans tous les cas, la cotisation peut être majorée jusqu'à 100 % du tarif de référence. Ensuite, après chaque année passée sans accident responsable, elle est réduite de moitié. Au bout de 3 années de conduite impeccable, le tarif devient, enfin, normal.

»» Lire aussi: L'assurance auto connectée séduit les automobilistes

L'intérêt de la conduite accompagnée…

Aujourd'hui, il existe 2 formules de conduite accompagnée. La 1ère s'appelle «Apprentissage Anticipé de la Conduite» (AAC). Elle est ouverte à tous les jeunes de 15 ans et plus, titulaires de l'Attestation Scolaire de Sécurité Routière (ASSR) de niveau 2, obtenue au collège en classe de 3e.

L'autre formule s'appelle «conduite supervisée». Elle s'adresse aux jeunes majeurs, titulaires du code et ayant déjà effectué 20h de formation initiale en auto-école. Mais, avant de passer le permis de conduire, ils souhaitent renforcer leur expérience en conduisant avec l'aide d'un parent ou d'un proche.

»» Lire aussi: Quelle assurance pour une location de voiture

…Pour le tarif de son assurance auto

Le principe de la conduite accompagnée implique que le jeune soit inscrit comme conducteur actif sur le contrat d'assurance auto couvrant la voiture de son accompagnateur. De ce fait, il conduit souvent et en toutes circonstances. Pour les assureurs, cela induit des risques d'accident divisés par 5. Conséquence, lorsque le jeune obtient son permis de conduire, la majoration «jeune conducteur» est, très souvent, réduite de 30 % ou plus la première année. Et, dès la seconde année sans accident, elle est supprimée. Certains assureurs acceptent même d'assurer tout de suite le nouveau conducteur sans surprime.

Autre possibilité: le second conducteur

Le jeune conducteur n'a pas bénéficié de la conduite accompagnée? Il peut, une fois obtenu son permis de conduire, demander à un proche de le déclarer comme conducteur occasionnel de son véhicule. La cotisation d'assurance sera majorée, mais dans des proportions moins importantes. SERVICE: Complémentaire santé – Etes-vous sûr d’avoir le meilleur contrat ?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.