Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les assurances scolaires dopées par la réforme

Le Figaro09/06/2013 à 19:22
Avec la réforme des rythmes scolaires, les élèves participeront à des activités périscolaires après l'école. Ils devront donc être assurés. Pour séduire les familles, la MAE gèle le tarif de son assurance-scolaire de base.

À la rentrée prochaine, 22% des enfants iront à nouveau à l'école quatre jours et demi par semaine. 18,6% des communes ont en effet décidé d'appliquer la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013, les autres préférant attendre 2014. Les journées des enfants qui s'installeront sur les bancs de l'école le mercredi matin, seront à l'avenir plus courtes. Et des activités périscolaires (artistiques, culturelles ou sportives), seront mises en place par les communes en fin d'après-midi. Les enfants qui y participeront devront donc être assurés. La souscription d'une assurance scolaire a beau ne pas être obligatoire, il faut que l'enfant soit assuré d'une manière ou d'une autre pour participer à des sorties scolaires facultatives et aux activités périscolaires.

Certains assureurs, comme la MAE, sont d'ores et déjà dans les starting-blocks pour assurer ces enfants de maternelle et du primaire, dont le rythme scolaire changera à la rentrée. D'autant que depuis quelques années, cet assurance est au centre d'une vive concurrence entre les acteurs du marché. Le leader historique de l'assurance scolaire, avec plus de huit millions d'enfants couverts, a donc décidé pour la rentrée prochaine de geler le tarif de son assurance de base à 9,9 euros. Les prix des autres contrats sont en revanche majorés. L'an dernier, l'assureur a constaté un changement de comportement de la part des familles, qui ont souscrit des contrats moins haut de gamme que les années précédentes. «C'est sans doute lié au contexte économique», souligne Edgard Mathias, président de la MAE.

Garanties étoffées

Le spécialiste du secteur a également décidé d'étoffer son offre pour séduire les parents. «Nous avons renforcé les garanties de nos formules 24/24 Simple et 24/24 Plus (NDRL: haut de gamme) en prenant en compte la violence qui se développerait à l'école», explique Edgard Mathias, rappelant que certains de ses contrats assurent les enfants contre le racket depuis 2001. Les nouvelles garanties visent donc à renforcer ces couvertures avec un suivi psychologique de l'élève agressé (remboursement de cinq consultations dans la limite de 40 euros chacune), le remplacement des clés et des vêtements en cas d'agression ou de racket et l'indemnisation du cartable ou des fournitures scolaires en cas de vol. En revanche, l'assureur ne couvre pas le vol de mobile, d'ordinateur ou de tablette. Les garanties «racket» se sont multipliées ces dernières années. Axa en propose depuis 2007 et à la dernière rentrée scolaire, certains assureurs comme Matmut, les ont mises en avant pour attirer des clients. Pourtant, ces garanties sont peu utilisées. En 2011/2012, la garantie «dommages aux biens en cas d'agression» de la MAE, a été sollicitée 70 fois seulement.

En prenant les devants près de trois mois avant la rentrée des classes, la MAE lance plus tôt que d'habitude la guerre commerciale sur les assurances scolaires. Elle s'annonce cette année plus intense, pour le plus grand bénéfice des assurés.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.