Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les assurances pour animaux, un marché de niche en plein essor

RelaxNews01/03/2017 à 14:19

En France, 6% des foyers ayant un animal sont assurés. (JUNG YEON-JE / AFP)

(AFP) - Pour une patte cassée ou une castration, les frais vétérinaires des chiens, chats, perroquets et autres animaux de compagnies peuvent rapidement s'élever : les assureurs et investisseurs y ont reniflé un lucratif créneau.

La société d'investissement Serena Capital, qui a annoncé mercredi être sortie du capital du spécialiste de la prévention et de l'assurance pour la santé des animaux SantéVet, a ainsi multiplié par cinq l'argent qu'elle y avait injecté en 2011.

Columna Capital, le nouvel actionnaire majoritaire de SantéVet, a mis en avant le "marché puissant" sur lequel évolue l'entreprise pour justifier son placement.

En cinq ans, l'entreprise lyonnaise a fait passer son volume d'affaires de 12 millions à 35 millions d'euros. Et elle devrait gérer en 2017 environ 240.000 demandes de remboursements émanant de 190.000 clients.

D'autres sociétés spécialisées se sont positionnées sur ce créneau comme Bulle Bleue ou Assur O' Poil.

Créé en 2002, cette dernière compte 150.000 clients et emploie 103 salariés. Elle a fait grimper son chiffre d'affaires de 74% au cours des cinq dernières années jusqu'à 20 millions d'euros en 2016, a indiqué à l'AFP sa directrice marketing, Najla Barouni. Cette même année, Assur O'Poil a remboursé pour 8,5 millions d'euros de frais vétérinaires.

Des compagnies classiques proposent aussi des formules, à l'instar d'Allianz qui les range dans la catégorie "famille-santé".

A partir d'une dizaine d'euros par mois, ces assureurs proposent de rembourser tout ou partie des frais vétérinaires en cas de maladie, d'accident ou de chirurgie des animaux domestiques ainsi que les dépenses de prévention comme les vaccinations.

Le coût de la cotisation est parfois déterminé en fonction de la race. Certaines maladies peuvent être exclues des police d'assurances et il est fixé un âge limite pour inscrire son animal pour la première fois, en général sept à dix ans pour un chien par exemple.

208 euros pour un chien

Les premières assurances pour animaux domestiques sont apparues dans les années 80 en France et le marché reste confidentiel pour l'instant. La Fédération française de l'assurance ne compile aucune donnée sur le sujet.

Mais "on a encore de grandes années de croissance devant nous", estime Jérôme Salord, le fondateur et PDG de SantéVet.

En France, 6% des foyers ayant un animal sont assurés. Ce taux est "proche de zéro en Belgique et en Espagne", où son groupe vient de se lancer.

La marge de progression est grande selon lui puisqu'en Grande-Bretagne environ 30% des foyers possédant un animal sont assurés. Et en Scandinavie, jusqu'à 80% des chiens et 50% des chats sont couverts.

En France, où la couverture santé est gérée par la Sécurité sociale et les mutuelles des entreprises, "on a moins le réflexe d'assurer son animal puisqu'on a moins le réflexe de s'assurer soi-même", remarque-t-il.

Selon une enquête réalisée pour SantéVet par l'institut Ipsos auprès d'un échantillon de 1.000 propriétaires de chiens et chats, les propriétaires de chiens dépensent chaque année en moyenne 208 euros chez le vétérinaire et ceux de chats 143 euros.

Le total des cotisations versées à l'assurance correspond plus ou moins aux dépenses moyennes annuelles, mais elles servent à "lisser les coûts", estime M. Salord. "On peut n'avoir aucun frais pendant trois ou quatre années puis une opération chirurgicale ou un accident pouvant coûter jusqu'à 1.500 ou 2.000 euros", justifie-t-il.

"Nos clients ne sont pas des gens extrêmement riches", assure le PDG de SantéVet. "Ce sont des foyers pour qui l'animal de compagnie compte énormément et chez qui une dépense vétérinaire peut avoir un impact fort sur l'ensemble de la famille".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.