Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les assurances auto connectées devraient gagner du terrain

Le Figaro21/11/2016 à 10:09

De plus en plus de primes d'assurance seront tarifées en fonction du comportement au volant de l'assuré . L'assurance auto connectée pourrait représenter 17% du marché européen d'ici à 2020, selon Deloitte.

La prime de son assurance automobile sera-t-elle bientôt calculée en fonction de ses qualités de conducteur? C'est possible. «Les objets connectés deviennent une partie intégrante de notre quotidien. La plupart des industries se sont emparées de cette tendance pour renforcer les liens avec leurs clients. Les assureurs automobiles ne sont pas en reste», explique Michel de Bellière, associé reponsable du secteur assurance au cabinet Deloitte. À l'avenir, un grand nombre d'assurances auto pourraient donc être tarifées en fonction du comportement de l'automobiliste mesuré grâce à des capteurs placés (dans un boîtier) dans la voiture ou à des applications pour smartphone.

Pour l'heure, l'assurance connectée ou télématique est encore balbutiante sur le Vieux continent. Seuls le Royaume-Uni (plus de 450.000 contrats fin 2015) et surtout l'Italie (plus de 4,5 millions de contrats et 15% du marché d'assurance auto local) sont en pointe sur ce marché, constate l'étude du cabinet Deloitte, qui a interrogé 15.000 personnes dans 11 pays. En France, quelque très rares assureurs proposent des formules de «pay how you drive» (Allianz, Direct Assurance ayant vendu au total moins de 20.000 contrats fin 2015).

Mais les choses devraient changer. Près d'un tiers (31%) des automobilistes européens interrogés par Deloitte se disent prêts à partager leurs données personnelles de conduite avec un assureur. «Les compagnies d'assurance bénéficient d'une image plutôt positive auprès des particuliers. Les particuliers interrogés sont plus enclins à partager leurs données avec leur assureur qu'avec un constructeur auto ou leur réseau social», relève Michel de la Bellière. Mais ces informations doivent toutefois avoir un lien avec leur véhicule. Leur objectif? Principalement, bénéficier d'une réduction tarifaire (pour 48% d'entre eux).

En parallèle, de plus en plus d'Européens se disent prêts à changer d'assureur: quand on leur demande de noter de 0 à 10 leur intention de le faire, la moyenne s'élève à 4,5, contre 3,7 en 2015. «La digitalisation de l'économie et les changements réglementaires ont pour conséquences une plus grande volatilité des consommateurs», justifie l'étude de Deloitte. En France aussi la volonté de changer d'assureur a augmenté. «Alors que l'effet de la loi Hamon (NDLR: qui permet après la première année de changer d'assurance sans attendre la date anniversaire du contrat), ne s'est pas encore complètement fait ressentir, la baisse de la rentabilité du marché devrait déclencher une augmentation des prix qui permettra la transition», estiment les auteurs de l'étude.

L'assurance connectée pourrait représenter 17% du marché européen en 2020

L'assurance connectée semble donc promise à un bel avenir. Selon les experts du cabinet Deloitte, les offres basées sur la télématique devraient représenter 17% de l'ensemble des assurances automobiles en Europe, d'ici à 2020, soit 17 milliards d'euros de primes. Cependant, le prix ne doit pas être le seul argument. «Les assureurs ont besoin de repenser leur offre actuelle et de proposer des produits d'assurance automobile connectée embarquant des services personnalisés à forte valeur ajoutée», explique l'étude.

Plus de la moitié des européens sondés ont indiqué qu'ils étaient prêts à partager leurs données en échange d'au moins un service: bénéficier d'une assistance dépannage gratuite; une assistance automatique en cas d'urgence; un système d'une balise sur la voiture permettant de la retrouver en cas de vol; de services gratuit de changement d'huile ou d'entretien du véhicule. «Les clients sont de plus conscients de la valeur de leurs données. Ils attendent une valeur tangible des services contre lesquels ils les échangent», constate Godefroy de Colombe, le PDG de Direct Assurance (filiale d'AXA).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.