Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les architectes s'appauvrissent de plus en plus

Le Figaro 17/02/2016 à 10:11

Les commandes sont en baisse, aussi bien en marché public que privé. Dans la profession, 75% des architectes n’atteignent pas le revenu moyen des architectes.

La polémique née de l’appel à projets innovants «Réinventer Paris» révèle les difficultés rencontrées aujourd’hui par les architectes, une profession paupérisée par la crise et inquiète pour son avenir. En 2013, un architecte sur quatre était en «grande difficulté économique» avec des revenus mensuels à peine supérieurs à 500 euros, révélait l’étude Archigraphie, publiée par le Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa) il y a un an. Et 75% d’entre eux n’atteignaient pas le revenu moyen des architectes, soit 3.779 euros.

«La profession se trouve dans une situation économique extrêmement difficile: la commande et les taux d’honoraires ont beaucoup baissé, aussi bien en marché public qu’en marché privé», constate la présidente du Cnoa, Catherine Jacquot. «Après six ans d’études, nos jeunes diplômés sont contraints de se mettre en autoentrepreneurs avec des honoraires très bas, parce que les agences n’arrivent pas à les embaucher comme salariés», dit-elle à l’AFP.

«Ceux qui ont perdu de l’argent ne veulent pas parler. C’est très mal vu de dire qu’on est en difficulté: plus personne ne prend le risque de travailler avec vous», dit-il à l’AFP. De son côté, la municipalité parisienne estime que les architectes ont pu «définir avec les promoteurs les modalités de leur rémunération». «Mais excepté quelques agences, la plupart des architectes n’ont pas les moyens de refuser un travail!», rétorque Mme Jacquot. «Avec la crise, le rapport de forces leur est très défavorable».

«Réinventer la Seine» sera lancé en mars

Pour la présidente du Cnoa, «on est en train d’asphyxier cette profession, au moment où les agences doivent investir dans la recherche, développer de nouvelles façons de travailler dans le cadre de la transition écologique et numérique». Lauréat de «Réinventer Paris» avec son projet Stream Building sur le site de Clichy-Batignolles - pour lequel il a été rémunéré par la foncière Eurosic -, l’architecte Philippe Chiambaretta estime à l’inverse qu’il «ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain».

Pour lui, Réinventer Paris «a obligé les gens à rentrer dans une démarche innovante: il y aura un avant et un après», dit-il à l’AFP. «L’intérêt intellectuel du programme a été considérable, l’investisseur nous a donné carte blanche pour concevoir l’architecture, définir le programme, son modèle économique, les exploitants partenaires». «J’ai un seul reproche: la longueur de la consultation», dit M. Chiambaretta, car les projets, souvent des réhabilitations complexes de bâtiments, ont nécessité un «niveau de travail considérable».

Au sein de son agence PCA, le projet a occupé une personne à temps plein pendant huit mois, et «quatre à cinq sur les deux derniers mois», soit un coût de 100.000 euros hors taxes. A l’ordre des architectes, on redoute de voir d’autres grandes métropoles emboîter le pas à la capitale, alors que «Réinventer la Seine» sera lancé en mars, associant Paris, Rouen et Le Havre pour réaménager les berges du fleuve. «Nous proposons à la Ville de Paris de travailler avec eux pour mettre en place un guide de bonnes pratiques. Les promoteurs n’y trouveront rien à redire», estime sa présidente. Les architectes espèrent aussi que le projet de loi Création, architecture, patrimoine débattu cette semaine au Sénat, améliorera la qualité de «l’architecture du quotidien».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.