1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les aides de l'État et des collectivités que vous pouvez demander pour vos travaux

Le Figaro07/12/2018 à 06:00

Les aides à la rénovation énergétique sont un véritable maquis... qui vaut la peine d'être exploré. Elles peuvent financer un montant substantiel de vos travaux de rénovation - plus de la moitié pour les ménages modestes. Le jeu en vaut la chandelle.

Isoler efficacement sa toiture et ses combles coûte en moyenne 7 300 euros selon l'Ademe, isoler ses murs 10 800 euros et installer un nouveau système de chauffage 7 960 euros. La facture grimpe vite! Mais savoir à quelle aide on a droit est ardu. «Il existe beaucoup de subventions, et c'est très bien, mais les Français ne s'y retrouvent pas. Chaque aide a ses caractéristiques, qui changent souvent», déplore Vincent Licheron, de l'association de consommateurs CLCV.

Dans ce contexte, la TVA réduite à 5,5 % possède un véritable avantage, puisqu'elle est directement appliquée par l'entreprise qui réalise les travaux. Ce taux réduit s'applique aux équipements éligibles, mais aussi à leur pose - ce qui n'est pas le cas du crédit d'impôt transition énergétique (CITE).

Le CITE représente cependant un coup de pouce substantiel. Il permet de récupérer 30 % du coût du matériel acheté, s'il est éligible. Tout comme la TVA à 5,5 %, il est versé sans conditions de ressources, dans la limite de 8 000 euros pour une personne seule. Les fenêtres et les chaudières au fioul ne rentrent plus dans son champ d'application depuis le 30 juin. Mais, bonne nouvelle pour les ménages qui projettent de réaliser des travaux: il devrait être converti en prime en 2020, ce qui évitera d'attendre un an avant d'être remboursé des sommes engagées. Le gouvernement a aussi annoncé tout récemment l'élargissement d'une autre prime, qui encourage le remplacement des vieilles chaudières au fioul. Actuellement versée sous conditions de ressources, elle sera élargie à tous les ménages et atteindra 3 000 euros pour les plus modestes.

L'éco-prêt à taux zéro prolongé jusqu'en 2021

Autre option pour financer ses travaux, cumulable avec le CITE et la TVA à taux réduit, et toujours sans plafond de revenu: l'éco-prêt à taux zéro, qui est prolongé jusqu'en 2021. Son fonctionnement jusqu'à présent complexe (le montant maximal emprunté varie en fonction du nombre de travaux réalisés et monte jusqu'à 30 000 euros) devrait être simplifié en 2019. Exit la notion de «bouquet de travaux», qui contraignait les particuliers à en réaliser plusieurs en même temps. Cette réforme devrait doper le dispositif, qui permet aux particuliers «de lisser dans le temps le coût des travaux», explique Benjamin Rougeyroles, de l'agence parisienne du climat

D'autres acteurs peuvent compléter votre financement. Ainsi des fournisseurs d'énergie, tels EDF ou Engie, qui aident les particuliers à réaliser des économies d'énergie en versant à ceux qui les ont contactés en amont des bons d'achat ou même un chèque. Méconnues, ces aides ne sont pourtant pas à dédaigner car «elles peuvent atteindre 8 % du montant des travaux», explique Benjamin Rougeyroles. Les collectivités locales versent aussi des subventions ou exonèrent de taxe foncière les propriétaires ayant réalisé certains travaux de rénovation.

Les ménages modestes, enfin, peuvent se tourner vers l'Anah ou utiliser les chèques énergie que le fisc leur envoie. Édouard Philippe a annoncé que le nombre de bénéficiaires de ces chèques (227 € maximum) devrait passer de 3,6 millions à 5,8 millions. Pour ne pas passer à côté d'une aide, alors que le gouvernement pourrait faire de nouvelles annonces, il peut enfin être utile de solliciter les conseils gratuits du réseau public FAIRE, par téléphone ou sur rendez-vous (1).

(1) 0 808 800 700 ou www.faire.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer