Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les achats de Noël de dernière minute ont sauvé la saison

Le Figaro27/12/2013 à 07:00
Malgré des pics de fréquentation en magasin lundi et mardi, les ventes de la plupart des enseignes se sont, au mieux, stabilisées par rapport à Noël 2012.

Inquiets début décembre, les commerçants de l'Hexagone ont fini par pousser un ouf de soulagement et passé un réveillon de Noël serein. «Du 21 décembre au 24 décembre 2013, le chiffre d'affaires est en bonne progression par rapport à 2012. Nos clients français ont été aussi nombreux que l'an dernier, avec un pic de fréquentation les 23 et 24 décembre», indique une porte-parole du grand magasin Galeries Lafayette Paris Haussmann.

Le moment clé des achats a reculé, confirme la Fnac, qui a enregistré «un pic d'activité dans la semaine du 16 décembre», plus tard qu'en 2012. Le gros des achats avait alors eu lieu dans la deuxième semaine de décembre. Même constat dans les grandes enseignes alimentaires. «Les responsables de magasins étaient circonspects le 22, car les clients n'étaient pas venus en masse le week-end précédent, observe Thierry Desouches, porte-parole de système U. Mais les achats ont finalement eu lieu lundi et mardi matin.»

Il est toutefois trop tôt pour confirmer cette première impression positive par de complets bilans chiffrés. De plus, les petits commerçants sont plus mitigés. À la fin d'une «mauvaise année 2013, nous n'avons pas constaté de rattrapage des ventes dans les jours qui ont précédé Noël», déplore Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement qui regroupe 40.000 boutiques indépendantes de prêt-à-porter.

Seule certitude: les habitudes de consommation ont changé. Avec le retour de la cuisine fait maison et le besoin d'économiser, les produits bruts, «les viandes à rôtir ou farcir, telles que les dindes et les chapons» ont eu un grand succès, souligne Thierry Desouches. Ce n'est pas le cas des huîtres. Elles deviennent quasiment un produit de luxe, en raison des problèmes de production, qui font bondir leurs prix.

Même tendance dans la beauté. Chez Nocibé, les ventes ont légèrement reculé par rapport à 2012. Mais Isabelle Parize, PDG de la chaîne de cosmétiques et de parfums, ne s'en affecte pas. «Avec notre marque propre, nous souhaitions avant tout faire entrer de nouvelles clientes plus jeunes dans nos boutiques, quitte à vendre des produits plus accessibles», explique la dirigeante, en soulignant que les boutiques de la chaîne ont vendu 155.000 palettes de maquillage à 19,90 euros en décembre.

Ventes de jouets stables à la Grande Récré

Partout, la vente sur Internet bondit. Elle a progressé de 45 % entre le 1er et le 24 décembre chez Nocibé. À la Fnac, le «click & collect» s'est imposé à Noël, explique une porte-parole. Près de 30 % des ventes sur Internet, contre 20 % l'an dernier, se sont faites en deux temps: la commande en ligne, puis le retrait en magasin.

Côté cadeaux, le high-tech a la cote. La Fnac a vu partir beaucoup de tablettes pour adultes et enfants, et bon nombre d'objets connectés. C'est le cas des bracelets reliés au smartphone qui surveillent le nombre de calories consommées ou la qualité du sommeil. C'est celui aussi du «Flower power», un capteur sans fil qui renseigne sur la soif ou le besoin d'éclairage des plantes d'intérieur.

À la Grande Récré, qui s'attend à des ventes de Noël «étales» après un recul de 2 % en 2012, le top des ventes est la peluche interactive et connectée à une tablette ou un smartphone Furby, explique Franck Mathais, directeur des ventes de la chaîne de magasins de jouets.

Mais les classiques perdurent. Dans les jouets, Lego a fait un carton cette année avec son «Temple de la tribu lion» pour les petits garçons et sa gamme «Friends» pour les petites filles. Au revoir là-haut, de Pierre Lemaître, qui a décroché le Goncourt, est un best-of à la Fnac.

Pour beaucoup de commerces, la dernière semaine de l'année reste un moment clé pour les achats. Les Français se retrouvant entre amis plutôt qu'en famille, ils sont moins enclins à cuisiner, ce qui profitera sans doute aux rayons plats préparés. Dans la beauté, comme toujours, les produits de maquillage l'emporteront sur les parfums dans les derniers jours de l'année. Enfin, les jouets devraient représenter plus de 3 % des ventes de l'année, grâce notamment aux étrennes des enfants.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.