Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les 5 profils du consommateur d'aujourd'hui

RelaxNews27/05/2014 à 11:30

Il existe aujourd'hui 5 types de consommateurs Sean Locke Photography /shutterstock.com

(Relaxnews) - Révélateur des nouvelles tendances de consommation et des futurs services dont bénéficieront les Français au moment de leurs courses, le salon EquipMag qui se déroulera du 16 au 18 septembre à Paris publie ce mardi 27 mai les nouveaux profils des consommateurs d'aujourd'hui, à travers une étude. Le point. 

Le vigi-shopper

C'est le profil qui concerne le plus grand nombre de Français. 35% de consommateurs s'identifient à lui, indique l'étude. Il s'agit d'un consommateur attentif et qui définit la sincérité d'une marque comme critère de choix pour faire ses courses. La confiance doit être scellée entre lui et une enseigne. Pour ce faire, il n'hésite pas à utiliser des applications smartphone pour vérifier si un fruit est bel et bien bio, pour analyser les aliments avant de les acheter... Il compile les conseils et les avis de sa communauté avant de passer à la caisse. Il n'hésite pas à comparer les prix. 

Le slow-shopper

Du bio, du commerce équitable, du petit commerce... Le slow-shopper est un consommateur averti qui se doit de respecter des principes environnementaux et sociaux. L'action n'est pas militante, elle est vigilante. Le type de consommateur n'hésite pas à chiner dans les brocantes ou à faire le marché. "Il ne cherche ni garanties, ni transparence : il est en quête de sens", souligne l'étude. Voilà pourquoi il adhère au développement durable. Concrètement, il est du genre à se rapprocher des amap (Association de maintien d'une agriculture paysanne) pour faire le plein de fruits et légumes frais, ou à fréquenter des boutiques où les produits sont sans emballage. 

Le social-shopper

L'innovation au coeur de l'achat. Le social-shopper est ultra-sensible à cet aspect quand il fait ses courses. C'est un consommateur très connecté, recherchant "la légitimité en tant que spécialiste d'un produit et part en quête de reconnaissance sur les réseaux sociaux". Plus concrètement, le social-shopper met en scène ses achats dans des vidéos-tutoriels. Il utilise tous les terminaux mobiles pour partager son expérience et devenir un expert. L'étude le considère également comme un "early-adopter", celui qui est le premier à utiliser les nouvelles technologies connectées. En cabine d'essayage, il utilise le "tweetmirror" pour échanger avec ses amis et choisir le bon vêtement. Il est imbattable sur les sites de ventes privées ou sur ceux du crowdfunding. Enfin, il propose des recommandations aux autres consommateurs sur les blogs et les forums. 

L'emo-shopper

Et si acheter n'était finalement qu'un plaisir ? 60% des 18-24 ans et 55% des 25-34 ans partagent cette idée et avouent qu'ils sont séduits par les enseignes leur faisant vivre de bons moments. La consommation doit donc être un moment d'expérience inédite. L'emo-shopper est un fan des "boutiques-univers", où il est transporté loin de son univers. C'est celui qui a par exemple pris contrôle d'un "teddy bear" virtuel au centre commercial Beaugrennelle à Paris, lors des dernières fêtes de fin d'année. Les pop-up stores éphémères sont son dada. Et il n'hésiterait pas à utiliser de nouveaux moyens de paiement farfelus, comme celui du sourire. L'emo-shopper est celui qui regarde une vidéo et qui veut acheter la tenue du héros, celui qui pourrait acheter sa voiture sur un site de rencontres, siroter un expresso tout en faisant réparer son vélo.

L'alter shopper

Le dernier profil est un consommateur qui est dingue des circuits alternatifs. Il est au coeur du concept très en vogue : la sharing economy. Ce "shopper" ne fait pas en fait de shopping. Il ne veut pas être acteur de la société de consommation. Cependant, la tâche s'avère difficile de nos jours. Il est donc adepte du couchsurfing pendant ses vacances, c'est-à-dire qu'il loge chez des inconnus. "C'est un consommateur pour qui acheter ne relève pas d'un plaisir particulier mais véritablement d'une nécessité et d'un besoin immédiat" souligne l'enquête. 

Le salon EquipMag se déroulera du 16 au 18 septembre à la Porte de Versailles, à Paris. 25.000 visiteurs professionnels sont attendus pour découvrir les ftures tendances qui émergeront dans les commerces demain. 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.