1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les 110 km/h, nouveau chiffon rouge qui va enflammer les débats ?
Boursorama avec Media Services29/06/2020 à 14:33

La proposition a finalement été écartée par Emmanuel Macron.

Une autoroute près de Toulouse, le 4 août 2018. ( AFP / REMY GABALDA )

Alors que l'instauration de la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires avait été l'un des déclencheurs de la crise des "gilets jaunes", l'éventualité d'une limitation à 110 km/h sur autoroute, proposée par la Convention citoyenne pour le climat, pourrait de nouveau mettre le gouvernement en difficulté. Une proposition rejetée par Emmanuel Macron pour éviter qu'elle ne "s'abîme dans une polémique".

L'association 40 millions d'automobilistes, opposée aux 80 km/h, est montée au créneau sitôt retenue, dimanche, par la Convention citoyenne pour le climat, l a proposition des 110 km/h, dont le but premier est cette fois de réduire les émissions de gaz à effet de serre - et non plus de baisser la mortalité routière, comme les 80. Avant même que le président ne rejette la proposition lundi matin, 40 millions d'automobilistes avait lancé une pétition "Non aux 110 km/h sur autoroute" qui avait recueilli dimanche, selon elle, près d'un million de signatures.

Selon le texte de la pétition, baisser la vitesse maximale sur autoroute "ne permettrait ni une amélioration de la sécurité des usagers, ni une réduction des émissions polluantes" mais "aurait un coût économique très important pour les automobilistes et l'ensemble de la société française".

Une opinion française "braquée"

Interrogé, son délégué général Pierre Chasseray s'insurge également contre, selon lui, "les membres de la convention citoyenne (qui) n'ont pas été tirés au sort mais castés selon les principes d'une téléréalité environnementale" parmi "des écologistes convaincus". "D'où le décalage avec l'opinion française, braquée (sur les 110 km/h) car à bout avec les taxes ou encore les 80 km/h", ajoute-t-il.

Il met également en avant, entre autres arguments, le report de la circulation sur le réseau secondaire ou les conséquences économiques pour des régions qui attireraient, dès lors, moins de citadins friands de week-ends dans leurs résidences secondaires.

Selon deux sondages parus vendredi (Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo et Elabe pour Réseau action climat), les Français sont opposés à environ 70% à l'abaissement de 130 à 110 km/h de la vitesse maximale sur autoroute. Aussi "le gouvernement est bien conscient de la sensibilité du sujet. Nous n'avons pas oublié le 80 km/h" a indiqué la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, le 24 juin.

25 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ericlyon
    30 juin10:33

    Ne nous trompons pas de combat, ce n'est pas l'écologie qui a gagné aux dernières élections c'est le besoin de respirer dans les villes où n'habitent pas principalement les vrais écologistes qui eux préfèrent la campagne. Ce que ces soit-disant écologistes veulent c'est la verdure et l'ai sain dans leurs villes subventionnés par le travail des banlieues et des campagnes qui ne pourront bien sûr pas venir dans leurs ville où leurs voitures seront interdites.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer