Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les 10 raisons pour lesquelles Contribuables associés est contre le prélèvement à la source

Le Figaro15/11/2016 à 12:42

L'association lance une pétition contre la réforme du gouvernement. Selon elle, cela facilitera les augmentations d'impôt.

La charge est sans nuance, mais la cible prête le flanc à la critique. L'association Contribuables associés, qui lance une pétition contre le prélèvement à la source, liste à cette occasion dix raisons, plus ou moins fortes, pour s'y opposer.

• Le consentement à l'impôt est «nié» (1ère raison) et «les contribuables ne seront plus en mesure d'évaluer la charge de leur impôt» (2). Effectivement, l'impôt sur le revenu étant prélevé à partir du 1er janvier 2018 sur le salaire, les salariés auront plus de mal à évaluer ce qu'il représente. L'association note par exemple que la CSG, elle-même prélevée à la source, a vu son taux multiplié par sept en sept ans dans les années 1990, sans que les Français s'en aperçoivent outre mesure.

• Les entreprises sont «transformées en percepteurs bénévoles» (3). Certes, elles devront prélever le montant de l'impôt sur le revenu sur les salaires, mais elles le font déjà pour la CSG. Toutefois, ce sera plus compliqué pour l'impôt sur le revenu. Or, ajoute les Contribuables associés, «les entreprises n'ont pas les moyens financiers de cette réforme» (4). Le Conseil des prélèvements obligatoires avait chiffré en effet le coût du prélèvement à la source entre 1,3% et 3,5% des sommes collectées par les entreprises, soit environ 2 milliards d'euros. Pire, l'entreprise «devra justifier du salaire amoindri auprès de ces salariés, y compris des augmentations d'impôts» (5).

• Le prélèvement à la source «complexifie inutilement l'impôt» (6). Les contribuables devront certes continuer à faire leur déclaration annuelle. Ils recevront également toujours le solde de leur impôt en septembre, s'ils bénéficient par exemple de crédits d'impôt. De surcroît, plusieurs taux de prélèvement sont créés par Bercy pour faire face à différentes situations (taux «neutre», taux individualisé). Si cette démarche part d'un bon sentiment, cela ne simplifiera pas la vie des Français, car subsistera en parallèle un système d'acompte pour certains contribuables qui touchent des revenus autres que salariaux.

• Fin de la confidentialité (7). Les employeurs auront en effet connaissance du taux d'imposition des contribuables, pour prélever l'impôt sur le salaire. Certes, il sera interdit de divulguer ce taux et les salariés pourront opter pour un taux «par défaut». Mais ce choix même fera porter la suspicion sur leur train de vie...

• Les demandes gracieuses «difficilement compatibles» avec le prélèvement à la source (8). Effectivement, les agents du fisc ont reçu comme directive de ne pas accepter de remise gracieuse une fois l'impôt versé, selon le syndicat Solidaire Finances publiques... qui craint que ces demandes gracieuses se reportent sur les taxes d'habitation.

• Le prélèvement à la source induit «la disparition du foyer fiscal au profit d'une individualisation totale de l'impôt» (9). C'est à la fois vrai, sur la forme, et faux sur le fond. Effectivement, l'impôt sera réglé par chacun des deux membres du foyer sur son salaire (pour les salariés). De plus, si le mari gagne plus que sa femme, cette dernière pourra demander un taux «individualisé» qui correspond davantage à son salaire (le mari paiera la différence avec le taux de prélèvement du ménage). Mais le calcul de l'impôt sur le revenu n'est pas modifié par la réforme. Il reste familialisé (le quotient familial ne bouge pas) et conjugalisé (il est bien calculé par foyer et non par individu).

• «Les gouvernants s'offrent un outil qui va leur faciliter les augmentations d'impôt» (10). Comme le montant de l'impôt sur le revenu sera noyé dans la fiche de paie, les hausses seront plus difficilement identifiables. Cependant, au final le salaire net d'impôt baissera, et cela ne passera pas inaperçu.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.