Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le système des cartes bancaires en débat

Le Figaro21/10/2010 à 22:51
INFOGRAPHIE - Les députés et l'Autorité de la concurrence font pression sur les commissions facturées aux commerçants.

La politique tarifaire des banques est une fois de plus sur la sellette. L'Assemblée nationale a adopté mercredi soir un amendement, soutenu par les députés UMP Richard Mallié, Bernard Debré et Françoise Branget, sur les commissions interbancaires de paiement, qui sont facturées aux commerçants lors des achats réglés par carte bancaire.

L'amendement, plus politique que contraignant, stipule que ces commissions «ne doivent pas s'éloigner de façon abusive des coûts réels supportés par le prestataire de service de paiement qui les facture». Initialement, les députés espéraient instaurer la gratuité pour les achats inférieurs à 50 euros et une commission variable entre 50 et 200 euros. Bercy a milité contre, ouvrant la voie à un texte plus minimaliste. Autant dire que les banques l'ont échappé belle...

Lorsque vous payez vos courses par carte bancaire, la banque du commerçant verse une commission à votre banque, qui rémunère les risques de fraude et d'insolvabilité. Elle s'élève en moyenne à 0,45% du montant de la transaction. En outre, les banques facturent une commission supplémentaire au commerçant pour financer le coût supposé d'entretien des infrastructures bancaires. «Au total, la commission interbancaire supportée par le commerçant ou l'artisan représente 0,8% à 0,9% en moyenne du montant de la transaction et jusqu'à 3% pour les règlements avec la carte American Express. Le coût annuel pour les commerçants s'élève à plus de 3 milliards d'euros», déplore le député UMP Richard Mallié.

Concertation engagée

Derrière cette moyenne se cachent d'importantes disparités: les plus grandes enseignes, par exemple, ne paient que 0,48% de commission en moyenne, alors que les buralistes ou encore les marchands de fruits et légumes, considérés comme plus exposés au risque de fraude, se voient facturer une commission de 1,5% quand leur client règle par carte bancaire. «Les banques doivent être plus transparentes sur ces commissions», explique Richard Mallié.

Mais d'autres mesures, plus contraignantes pour les banques, sont prévisibles. Celles-ci sont en effet dans le collimateur de l'Autorité de la concurrence. Après avoir été saisie en 2009 par la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution, l'autorité mène une instruction sur les commissions interbancaires appliquées aux cartes bancaires. L'Autorité de la concurrence examine «le caractère objectif de ces commissions, leur niveau (notamment par rapport aux coûts réellement supportés par les banques) et leur révision régulière».

Les banques, condamnées le mois dernier pour leurs pratiques de commissions interbancaires sur les chèques, pourraient tenter cette fois-ci de sortir du dossier de manière amicale. L'autorité leur offre une telle sortie via la procédure d'engagement: après consultation des différentes parties, les banques s'engageraient publiquement sur de nouvelles bonnes pratiques.

Elles n'accepteront certainement pas tous les compromis. Effectuer un paiement par carte a un coût réel et il est évidemment hors de question pour les banques de rendre ce service à perte. «Le niveau de service derrière un paiement par carte n'a rien à voir avec l'envoi d'un e-mail, explique un professionnel. En France, les consommateurs sont habitués à pouvoir payer chez tous les commerçants avec la même carte. Ils ne se rendent plus compte que comparé avec la situation internationale, il s'agit d'un niveau de service exceptionnel.» A ucun établissement ne pouvait donner hier une estimation exacte du coût de ce service, réparti entre l'amortissement d'investissements de long terme et le prix de garanties individuelles.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.