Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le superluxe immobilier est désormais réservé aux acquéreurs étrangers

Le Figaro29/06/2014 à 12:04

Le marché des biens d'exception, à plus de 10 millions d'euros, se porte bien mais les acheteurs sur Paris sont plus que jamais des étrangers, dans 90% des cas.

Quasiment déconnecté des soubresauts du marché, l'immobilier d'exception, notamment à Paris, se porte bien. Alors que les logements de luxe, un peu plus abordables, ont connu en 2013 un net recul des ventes et un début de correction des prix, ces biens à plus de 10 millions d'euros continuent à enregistrer quelques dizaines de transactions par an à des tarifs vertigineux. Il faut dire qu'ils s'adressent à une clientèle restreinte, les super-riches soit 150.000 personnes à travers le monde disposant d'un patrimoine supérieur à 25 millions d'euros. Et parmi eux, les 1600 milliardaires de la planète sont une cible privilégiée.

«C'est un marché de caprice absolu sur un stock très réduit concernant peut-être 1200 biens à travers le monde», résume Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes, réseau immobilier spécialisé dans le haut de gamme. Les acheteurs sont désormais assez jeunes, autour de la quarantaine, et ont réussi dans l'industrie ou les nouvelles technologies. Aux côtés de la clientèle russe et arabe déjà bien présente, les professionnels de l'immobilier notent l'arrivée de plus en plus sensibles des Brésiliens, des Chinois et des Indonésiens. Des acheteurs qui fonctionnent au coup de cœur, et qui après avoir réglé les questions de financement n'hésitent pas à faire passer un médium pour s'assurer que les lieux dégagent de bonnes ondes, peuvent exiger (pour les Asiatiques) que le lieu soit feng shui ou rechercher une orientation à l'est, vers la Mecque, pour les musulmans.

Brésiliens et Indonésiens

Une chose est sûre: s'il reste encore plusieurs vendeurs français, dans cette gamme de tarifs les acheteurs sont à 90% étrangers selon Barnes. «D'ici une vingtaine d'année, il ne devrait plus y avoir de ces biens d'exception aux mains de propriétaires français», estime Thibault de Saint-Vincent. Entre le manque de dynamisme économique et la fiscalité, les seuls acheteurs tricolores sont ceux qui ont réussi à l'étranger et y conservent leur résidence principale.

L'agence note ainsi que deux hôtels particuliers se sont vendus récemment avenue d'Iéna et avenue Foch moyennant 10,5 millions d'euros chacun, les deux quittant des mains françaises pour des acquéreurs britanniques et saoudiens. Les vendeurs tricolores ne sont pas forcément tous privés puisque l'État a également cédé un hôtel particulier de 3000 m2 aux Invalides avec un jardin de 3000 m2 pour une soixantaine de millions d'euros à une princesse de Brunei. Le seul nouveau propriétaire français de cette liste est un résident londonien qui s'est offert un hôtel particulier de 800 m2 et 300 m2 de jardin au Champ-de-Mars pour 27 millions d'euros.

Un immense triplex du quai Kennedy (Paris XVIe) pourrait rejoindre la liste de ces biens rares cédés par des Français. L'ensemble s'étale sur plus de 1100 m2 dont 315 m2 de terrasse et a notamment abrité Alain Delon et Romy Schneider. Après avoir été racheté par une fortune du Golfe qui a réalisé des travaux pharaoniques et rajouté un troisième niveau à ce qui n'était qu'un duplex, les lieux sont revenus dans des mains françaises en 2000. Son propriétaire actuel, un homme d'affaires, souhaite s'en séparer moyennant une trentaine de millions d'euros. À ce prix là, il y a fort à parier que le futur occupant des lieux sera étranger. En vente depuis 18 mois, ce triplex a cependant dû faire l'objet d'une sacrée décote par rapport au premier tarif annoncé: 46 millions d'euros.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.