Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le succès du prêt à taux zéro dans l'ancien dépasse les espérances

Le Figaro29/06/2016 à 18:56

Contrairement à ce que prédisaient les professionnels, de nombreux acquéreurs ont recours au PTZ pour acheter un bien ancien avec travaux. Depuis le 1er janvier, ce prêt plus souple et généreux, est accessible dans toute la France.

Les professionnels de l’immobilier n’y croyaient pas. Pourtant, six mois après son entrée en vigueur, force est de constater que le prêt à taux zéro (PTZ) dans l’ancien rencontre un véritable succès. «Ça marche vraiment. Lorsqu’elle a été annoncée, la mesure nous semblait réductrice, on ne pensait pas qu’elle aurait un tel succès», constate Jean-François Buet le président de la Fnaim. Récemment, les notaires avaient déjà fait le même constat.

«Beaucoup de primo-accédants recourent au PTZ dans l’ancien, dans des villes moyennes et des zones rurales où les prix demeurent raisonnables. Avec des taux très bas et des prix en baisse, un PTZ accessible à 40% de primo-accédants supplémentaires, c’est vraiment un levier important», explique Jean-François Buet.

Le PTZ dans l’ancien est accessible depuis le 1er janvier dans toute la France (en 2015, il était réservé à 6000 communes rurales). Pour y prétendre, les acquéreurs doivent devenir propriétaires de leur résidence principale pour la première fois (ce que l’on appelle être primo-accédant). Et réaliser des travaux représentant au moins 25% du montant global de l’acquisition. Les professionnels avaient jugé cette disposition «bloquante», estimant que des primo-accédants ne pourraient pas financer autant de travaux. Or, le PTZ dans l’ancien fonctionne: de janvier à mai, il a représenté 20% des prêts à taux zéro distribués, contre «2 à 3%» en 2015.

Selon la Fnaim, pour bénéficier du PTZ en achetant un appartement ancien de 80 m², l’acquéreur devra réaliser au moins 25.000 euros de travaux pour un bien à 75.000 euros à Mulhouse ; 43.000 euros pour un achat de 129.000 euros à Clermont-Ferrand. Et 200.000 euros de travaux pour un bien de 600.000 euros à Paris. Ce qui dans ce cas donne à réfléchir et ferme la porte du marché immobilier à de nombreux jeunes acquéreurs.

Le PTZ peut couvrir 40% de l’achat d’un logement

Plus souple et généreux que l’ancienne formule, le PTZ (que ce soit pour acheter un bien immobilier neuf ou ancien) est accordé sous conditions de ressources. Il peut aujourd’hui couvrir 40% de l’achat d’un bien immobilier neuf (contre 18 à 26% auparavant), avec un différé de remboursement allongé, allant de 5 à 15 ans, des plafonds de ressources relevés et une durée de prêt plus longue.

Un peu partout en France, le succès du PTZ (8 PTZ sur 10 servent à financer un logement neuf), soutient la bonne tenue du marché immobilier. Environ 120.000 ménages devraient en bénéficier, soit deux fois plus qu’en 2015. Environ 30.000 PTZ ont été distribués de janvier à mai 2016, contre 14.400 à la même période l’an dernier.

2016, s’annonce comme une bonne année pour la pierre. «840 000 transactions devraient être enregistrées entre juillet 2015 et fin juin 2016», estime la Fnaim. Du coup, les prix ont augmenté de 1,7% au deuxième trimestre (+1,8 % en région et + 0,9 % en Île-de-France).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.