Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le sort du rentier français en immobilier est confortable

Primaliance01/04/2014 à 00:00

L'immobilier a peu baissé sur un an. Evoluant depuis près de 20 ans sur un mode plus favorable que d'autres actifs, le placement immobilier a été en moyenne très rentable. Reste que la dynamique des mises en chantier actuellement traduit des problèmes d'aménagements de territoire encore jamais résolus.

D'après l’INSEE, le prix moyen de l'immobilier ancien recule de 1,4% sur un an. Un infléchissement sans « véritable rupture » remarque Philippe Waechter directeur de la recherche économique de Natixis AM.

 

Pour ce spécialiste des marchés, l’immobilier a évolué depuis 1996 sur un mode nettement plus favorable que les autres actifs. Le CAC 40 a connu des fluctuations spectaculaires. Les ajustements ont été brutaux et la reprise du marché boursier en 2013 laisse l’indice boursier encore 20% au dessous du prix de l’immobilier. Au regard de l’évolution du revenu disponible des ménages, l’écart est actuellement de 32%. Enfin, les prix à la consommation ont progressé nettement moins vite que le prix de l’immobilier durant toute la période. L’écart à la fin 2013 est de 48%.

 

En termes réels, l’investissement immobilier a été en moyenne très rentable. « Le sort du rentier qui privilégie l’immobilier est plus confortable que celle du salarié ou de l’investisseur ». La mutualisation du prix notamment en 2008 via des mesures fiscales, (défiscalisation des intérêts, etc.), a permis au prix immobilier de ne plus être un signal puisque les effets fiscaux permettaient d’en mutualiser la hausse et finalement d’en réduire l’impact en tant que signal de cherté.

 

Le prix de l’immobilier est aujourd'hui très élevé par rapport au revenu des ménages. L’allongement des durées de prêts et les taux d’intérêt très bas compensent un peu mais c’est aussi une façon de conserver des prix forts. Enfin la dynamique réduite de mises en chantiers révèle son insuffisance au regard d’une population qui continue de croître rapidement. Pire, elle est inégalement répartie sur le territoire français parce que les bassins d’emplois sont concentrés à quelques métropoles pour lesquels la densité de construction est déjà forte. Bref « les questions immobilières traduisent bien les problèmes d’aménagement du territoire jamais résolus » conclut Philippe Waechter.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.