Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le solaire fera grimper la facture d'électricité

Le Figaro16/12/2011 à 18:41
La taxe sur l'électricité s'alourdira après 2012 en raison du boom des panneaux solaires, selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Elle pourrait peser 11% de la facture électrique moyenne d'un foyer.

Après la hausse des prix du gaz, une autre mauvaise nouvelle pour la facture énergétique des Français est tombée ce vendredi: la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a prévenu qu'une taxe sur l'électricité grimpera après 2012 en raison du boom des panneaux solaires.

Cette taxe - dite «contribution au service public de l'électricité» (CSPE)- a été instaurée en 2003 pour couvrir les dépenses d'EDF pour ses missions de service public, comme le soutien aux énergies renouvelables, le surcoût lié à la production d'énergie dans les îles, ou certaines mesures sociales. Or, les charges liées au énergies alternatives ont explosé ces dernières années, en raison surtout du succès du solaire. Parallèlement, les prix de rachat auxquels EDF est tenu de racheter la production d'électricité photovoltaïque ont été abaissés à deux reprises.

Un «trou» de 1,3 milliard d'euros

Malgré tout, d'après la CRE, les charges de service public de l'électricité grimperont à 4,3 milliards d'euros en 2012, soit 60% de plus qu'en 2010, toujours à cause du «développement très dynamique de la filière photovoltaïque», qui devrait à elle seule peser à hauteur de 1,5 milliard d'euros, soit un tiers du total. Les experts estiment que pour compenser cette envolée, la CSPE devrait être relevée à 13,7 euros le mégawattheure (MWh), contre 9 euros actuellement, soit une augmentation de 50%. Elle pèserait alors 11% de la facture électrique moyenne d'un foyer.

Or, l'Etat a déjà décidé de maintenir la taxe à 9 euros jusqu'à fin juin 2012, puis de l'augmenter à 10,5 euros/MWh jusqu'au 31 décembre 2012, ce qui est nettement insuffisant d'après les calculs de la CRE. Cela devrait donc entraîner un «défaut de compensation» à la charge d'EDF d'environ 1,3 milliard d'euros, prévient le gendarme de l'énergie, qui souligne que ce trou «devra être couvert par la CSPE au cours des prochaines années», comme le prévoit la réglementation.

Le développement du solaire a été fortement encouragé par les pouvoirs publics dans le cadre de l'objectif du Grenelle de l'environnement visant à porter à 23% d'ici 2020 la part des renouvelables dans la consommation d'énergie nationale. Mais le décollage a été si fulgurant que le gouvernement a été contraint de donner un coup de frein brutal au printemps, en décidant de revoir les mécanismes de soutien à la filière pour mettre fin aux effets d'aubaine.

Tarif social du gaz renforcé

Malgré cette mauvaise nouvelle pour les consommateurs, qui s'ajoute à la hausse de 4,4% des prix du gaz le 1er janvier, certains ménages bénéficieront d'un double coup de pouce l'an prochain. D'une part, les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité, qui ne bénéficient pour l'instant qu'à 600.000 ménages (alors que les foyers éligibles sont estimés entre 1,5 et 2 millions) seront désormais attribués automatiquement à ceux qui remplissent les critères. De plus, le tarif social du gaz va être renforcé, avec une augmentation de 10% de la réduction offerte aux bénéficiaires sur leurs factures de gaz. Elle passera ainsi à 156 euros par an au maximum.

(Avec agences)

LIRE AUSSI:

» Le prix du gaz augmentera de 4,4% au 1er janvier

» Le photovoltaïque en quête de compétitivité en France

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.