Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le rayon «made in France» arrive dans les supermarchés

Le Figaro28/01/2013 à 16:03
Le magasin E. Leclerc de Lanester, dans le Morbihan, propose 80 produits alimentaires dans un rayon dédié au «fabriqué en France». Une expérimentation pour l'instant circonscrite à quelques points de vente.

«Acheter français est un moyen de soutenir le travail en France.» Pour Philippe Hamoniaux, directeur du magasin E. Leclerc de Lanester, dans le Morbihan, le «made in France» est une évidence. Son supermarché a lancé début janvier un rayon dédié aux produits fabriqués en France. Environ 80 produits alimentaires y sont proposés - secs et frais - sous un panneau bleu-blanc-rouge mentionnant en lettres capitales «Produits fabriqués en France». Un rayon de quatre mètres de long qui met presque exclusivement à l'honneur la gamme «Nos régions ont du talent». «Avec les produits locaux, la provenance de ces articles est claire», explique le responsable du magasin breton. Le textile et autres produits, en revanche, n'y ont pas encore trouvé leur place. «Il faudrait que les fournisseurs les balisent mieux, avec des étiquetages plus précis sur leurs origines.»

Selon Philippe Hamoniaux, «le consommateur est très attentif à la provenance des produits qu'il achète». S'il ne donne aucune indication sur l'impact de son rayon dédié au «made in France» sur les ventes, il assure que «s'ils sont mis en avant, les produits se vendent mieux que lorsqu'ils sont mélangés aux autres». Un bilan chiffré de l'opération sera dressé fin janvier. À l'instar du magasin de Lanester, d'autres supermarchés E. Leclerc expérimentent ce dispositif, selon le distributeur. «Pour le moment, ce sont des tests à l'initiative de nos adhérents. Il y a débat pour savoir si pour valoriser les produits français il faut les marketter ainsi ou promouvoir les labels régionaux», a précisé Michel-Édouard Leclerc, dirigeant du groupe, à l'AFP. Leclerc se donne un an pour «optimiser» le concept.

Rayon «discriminatoire»

Depuis plusieurs mois, les enseignes de distribution se mettent au «marketing patriotique façon Montebourg». Le ministre du Redressement productif a appelé en octobre dernier à la création de rayons «made in France» dans les supermarchés. Une proposition qui séduirait 78% des Français, selon un récent sondage Tilder-LCI-OpinionWay. Selon Michel-Édouard Leclerc, toutefois, «tout cela va prendre du temps. Dans le non-alimentaire, il y a carence de produits 100% français, donc un problème de définition pour ne pas être en publicité mensongère».

Toujours est-il que toutes les enseignes ne sont pas séduites par le concept. «Nous aurons toujours des produits fabriqués en France dans nos rayons, mais nous ne projetons pas de les disposer dans un rayon dédié», explique-t-on chez Monoprix. Selon le groupe, «le consommateur doit avoir le choix». En clair, au client de voir s'il veut consommer français, ou commerce équitable, ou encore bio sans que la présence d'un rayon «discriminatoire» ne lui force la main. Pour le distributeur coopératif spécialisé dans l'électroménager Gitem, qui compte 300 magasins, regrouper les produits fabriqués en France relèverait surtout du «casse-tête». «Ce ne serait pas cohérent de mélanger cafetières, réfrigérateurs et aspirateurs dans un même rayon», estime-t-on au siège. Certains magasins ont toutefois fait le choix de signaler par un étiquetage les produits «made in France». «L'origine est une réelle motivation d'achat», assure l'enseigne. À condition, toutefois, que le prix soit équivalent. Selon Gitem, en effet, «s'il y a un écart, même de 5%, les consommateurs choisiront le produit en fonction du prix plutôt que de l'origine.»


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.