Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Qatar et Abu Dhabi convoitent l'immobilier européen

Le Figaro09/03/2015 à 22:10

Le fonds souverain du Qatar acquiert des quartiers entiers. Celui d'Abu Dhabi achète des bureaux et des commerces.

Les Emirats savent être discrets sur leurs projets. La hauteur de la tour Khalifa, à Dubaï, a longtemps été tenue secrète, car ses promoteurs ne voulaient pas qu'une tour plus grande leur ravisse la vedette: elle est toujours la tour plus haute du monde avec ses 828 mètres et ses 148 étages. En revanche, leurs investisseurs ne passent pas inaperçus à Londres et à Paris. Ils n'hésitent pas à payer des prix astronomiques pour réaliser des transactions spectaculaires. Le Qatar, dont le bras armé est le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA), s'empare de véritables trophées.

Depuis une bonne dizaine d'années, il se constitue un patrimoine hôtelier en rachetant des fleurons parisiens comme le Royal Monceau, le Peninsula. Il s'empare aussi de bureaux place Vendôme et d'immeubles sur les Champs-Élysées. De son côté, Abu Dhabi, avec son fonds souverain Abu Dhabi Investment Authority (Adia), a mis la main sur quelques belles pépites dans le quartier central des affaires en rachetant des portefeuilles tels le Risonamento ou les Docks lyonnais, mais il reste plus discret. «Depuis leur arrivée sur le marché français, ces fonds souverains se sont organisés et structurés. Ils sont matures», observe Sigried Duhamel, présidente de CBRE Global Investor. Ils viennent en Europe pour diversifier leurs actifs. Ils choisissent Paris et Londres qui sont des valeurs sûres. «Ils restent intraitables sur la qualité des actifs qu'ils recherchent, notamment sur l'emplacement. Ils achètent sur du très long terme. Ils ne prennent pas de risque ou très peu», constate François Blin, directeur de l'investissement et responsable des investissements internationaux chez Jones Lang Lasalle.

Une transaction  à 3,5 milliards d'euros

Adia a, par exemple, acheté 60 000 m2pour 500 millions d'euros à Levallois. Le Qatar passe cette année la vitesse supérieure. Il achète des quartiers entiers. Fin février, en effet, son fonds souverain est devenu propriétaire d'un quartier de Milan, Porta Nuova, dont il détenait déjà 40 %. Les parts ont été rachetées à Hines, à l'assureur UnipolSai et à plusieurs fonds d'investissement. Le quartier Porta Nuova compte 25 bâtiments dont le gratte-ciel Bosco verticale, immeuble résidentiel qui domine Milan. Le montant de la transaction n'est pas connu précisément mais le chiffre de 2 milliards d'euros est cité.

Plus faramineuse encore est l'achat du quartier d'affaires londonien Canary Wharf, à l'est de Londres. Ce quartier, qui comprend 35 immeubles de bureaux, abrite les sièges de HSBC, Barclays, JP Morgan, des centres commerciaux et des logements, mais aussi près d'un million de mètres carrés à construire. QIA est devenu premier actionnaire, avec 29 % des parts, en 2009 lorsque Canary Wharf frôlait la faillite. Là encore, le montant de la transaction est un secret bien gardé, mais les experts parlent de 3,5 milliards d'euros. Ce trophée s'ajoute à celui de la tour Shard et du grand magasin Harrods.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.