Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 1998 à 2010

RelaxNews11/12/2014 à 14:07

Seuls 27% des ménages peuvent accéder à la propriété dans l'ancien. Alexander Raths /shutterstock.com

(AFP) - Malgré la baisse des taux d'intérêt, le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 1998 à 2010 en France, du fait de l'envolée des prix et de la crise, s'effondrant même à Paris pour les jeunes ménages, selon une étude publiée jeudi.

Près d'un ménage sur deux (44%) était en capacité d'acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins à Paris en 1998, toutes générations confondues.

Douze ans plus tard, en 2010, seuls 27% des ménages pouvaient accéder à la propriété (dans l'ancien), selon cette étude réalisée par l'université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier (groupe BPCE), qui se base sur les données de l'étude patrimoine de l'INSEE, publiées en 1998, 2004 et 2010.

Elle vise à mesurer le pouvoir d'achat immobilier des ménages pour un bien correspondant à leurs besoins, compte tenu de leur structure familiale (studio ou T1/T2 pour un célibataire, T4/T5 pour une famille avec trois enfants, etc).

"Cette baisse du pouvoir d'achat immobilier s'explique essentiellement par la hausse des prix immobiliers ainsi que l'effet de la crise au cours des dernières années", souligne l'étude.

De 1998 à 2010, les salaires ont progressé de 23% en moyenne en France, tandis que les prix des logements dans l'ancien augmentaient de 56%.

"Cette hausse des prix immobiliers ne s'est pas accompagnée d'une augmentation identique des salaires même si la hausse de la durée des crédits et la baisse des taux d'intérêt ont contribué à accroître la solvabilité des ménages" sur cette période, souligne la même source.

La baisse du pouvoir d'achat des ménages, de 1998 à 2010, a été la plus forte à Marseille (-42%), Paris (-39%), Lille (-25%), Bordeaux (-24%), Lyon (-22%) Nantes et Toulouse (-20%).

Toutefois, sur la période, la dégradation des conditions économiques a été en partie compensée par la baisse historique des crédits immobiliers, qui a contribué à accroître la solvabilité des ménages.

Parmi les différentes générations d'acquéreurs, on observe une importante fracture: les trentenaires sont ceux qui connaissent le plus de difficultés pour acquérir un bien immobilier, tandis que les quinquagénaires et sexagénaires sont en bien meilleure posture.

"En effet, ceux qui étaient déjà propriétaires en 1998, année caractérisée par un bas de cycle des prix immobiliers, ont bénéficié ensuite d'une revalorisation de leur patrimoine immobilier", souligne l'étude.

Ainsi "la valeur de leur patrimoine suivant l'évolution des prix, leur capacité à acheter un nouveau bien immobilier pour se loger est donc restée importante".

A contrario, "ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des années 2000 (...) ont de plus en plus de difficultés à le devenir", note l'étude.

Ainsi en 2010, seulement la moitié en moyenne des 30-35 ans pouvaient acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une capitale régionale, et moins d'un sur quatorze (7%) à Paris.

A l'opposé, les quinquagénaires disposent du pouvoir d'achat immobilier le plus élevé en France: en 2010, les trois quarts des 55-60 ans pouvaient acheter un bien immobilier selon leurs besoins dans les grandes capitales régionales, et la moitié à Paris.

Viennent ensuite les sexagénaires, dont les besoins par ailleurs "sont moindres, les enfants ayant quitté le domicile familial", note l'étude. Les plus de 65 ans n'ont perdu qu'un dixième de leur pouvoir d'achat immobilier dans les principales métropoles régionales, et un quart à Paris, de 1998 à 2010.

Quant au pouvoir d'achat immobilier des 20-25 ans, de 1998 à 2010 il a été divisé par deux en moyenne dans les principales métropoles de province, et est "devenu quasiment nul à Paris" : 1% en 2010.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.