Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le pouvoir d'achat immobilier des Français commence déjà à baisser

Le Figaro16/02/2017 à 19:07

Après avoir bénéficié de conditions d’emprunt exceptionnelles l’an passé, les Français sont pénalisés par la remontée progressive des taux de crédit immobilier.

Conséquence directe de l’actuelle remontée des taux de crédit, le pouvoir d’achat immobilier des Français commence à reculer. Dans son baromètre mensuel, Meilleurtaux.com a répertorié 15 villes, parmi les vingt plus grandes, où le pouvoir d’achat immobilier a reculé. Alors qu’en fin d’année dernière, c’était le constat quasi-inverse: on comptait 13 villes où le pouvoir d’achat immobilier progressait. Comprenez par «pouvoir d’achat immobilier»: l’évolution de la surface de l’appartement que vous achetez avec une mensualité de 1000 euros dans le cadre d’un emprunt d’un peu plus de 200.000 euros sur 20 ans.

» Lire aussi - En huit ans, le pouvoir d’achat immobilier des Français a grimpé de 29 %

Ainsi, à l’exception de Grenoble, les’ autres villes du classement ont vu le pouvoir d’achat de leurs habitants stagner (4 villes) ou diminuer (15) dans des proportions qui ne sont pas encore trop élevées, à l’instar de la lente hausse des taux de crédit immobilier. C’est le cas notamment de Dijon où vous ne pourrez plus acheter qu’un 88 m² aux conditions précisées auparavant contre 92 m² en janvier dernier, Bordeaux (56 contre 59 m²) et Rennes (74 contre 77 m²). Mais également à Paris où le recul est un peu moins prononcé (-1 m², de 25 à 24 m²). La capitale reste d’ailleurs la ville où la surface d’appartement que l’on peut espérer obtenir en empruntant 1000 euros par mois pendant 20 ans est la plus faible. En haut du classement, on retrouve Saint-Étienne (162 m²), Le Havre (111 m²) et Le Mans (110 m²).

«Cette baisse quasi-générale du pouvoir d’achat immobilier est liée principalement à la hausse des prix qui devient une réalité dans nombre de grandes villes françaises ; la légère hausse des taux étant trop faible pour avoir une réelle influence sur l’évolution récente», explique Maël Bernier, de Meilleurtaux.com. Certes, il ne s’agit que d’une statistique à un instant «t» - et qui demande donc confirmation - mais elle confirme que la période exceptionnelle est belle et bien terminée.

» Lire aussi - Les taux de crédit immobilier attendus autour de 1,7% à la fin de l’année

En dépit de la hausse des taux, emprunter reste toute de même encore très intéressant. Mais les conditions exceptionnelles - moins de 1% sur 20 ans par exemple - sont de moins en moins courantes. Avec la perspective des élections présidentielles et le changement de politique qu’elles pourraient engendrer, les banques remontent petit à petit leurs taux quels que soient les profils des emprunteurs. «Les critères d’emprunt restent les mêmes mais les conditions sont plus strictes, reconnaît un courtier. En ce début de mois de février, les banques accélèrent la remontée de leurs taux. Dans leurs derniers barèmes, 2 sur 3 affichent des hausses comprises entre +0,15% et +0,25%.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sibile
    17 février13:14

    si les prix étaient "surévalués" en 2016 après 4 années de baisse, alors que dire de ceux de 2017 qui sont en forte hausse ?

    Signaler un abus

  • M107412
    17 février11:48

    Ceux qui ont acheté en 2016 on acheté un bien surévalué par la baisse des taux d’intérêts.L'affabulation, des études de l'évolution du marché de l'immobilier, est la seule qui est en perpétuelle croissance..

    Signaler un abus

  • sibile
    17 février10:38

    Ceux qui n'ont pas acheté en 2016 ont raté le point bas ; les prix sont en forte hausse dans beaucoup de grandes villes, jusqu'à 1% de hausse chaque mois

    Signaler un abus

  • mickae82
    17 février08:07

    Si les taux montent les prix baisseront car historiquement encore très élevés .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.