1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pouvoir d'achat des retraités risque de s'éroder
Le Figaro14/12/2012 à 10:13

Les syndicats, qui gèrent les régimes complémentaires Agirc et Arrco avec le patronat, sont prêts à accepter une hausse des pensions inférieure à l'inflation en avril prochain, pour freiner la dégradation des comptes.

Le printemps 2013 s'annonce morose pour les retraités. Après l'annonce de la création d'une taxe additionnelle de 0,3% dès le 1er avril sur les retraités imposables, les partenaires sociaux qui gèrent les régimes complémentaires Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour tous les salariés du privé) pourraient décider à la même date de ne pas revaloriser les pensions au niveau de l'inflation. Un choix qui aurait pour conséquence directe de diminuer le pouvoir d'achat de 11 millions de personnes.

Patronat et syndicats planchent actuellement sur les mesures à mettre en œuvre pour éviter que les caisses de deux régimes ne s'assèchent. Dans cinq ans, leur déficit devrait dépasser les 10 milliards d'euros. Les caisses se vident à grande vitesse en raison de la crise et de la hausse du chômage qui font baisser les entrées de cotisations sociales. Plusieurs options sont sur la table, dont la hausse des cotisations, l'allongement de leur durée ou le gel des pensions. Les discussions reprennent ce vendredi au Medef entre syndicats et patronat, qui cogèrent ces régimes.

Une première piste se dessine de plus en plus nettement, selon selon Les Échos . La prochaine revalorisation des retraites complémentaires - le 1er avril, donc - serait de 0,8% au lieu de 1,8 %, montant permettant de compenser la hausse des prix. Une mesure qui pourrait permettre, selon l'Agirc-Arrco, d'économiser 780 millions d'euros par an d'ici 2017. Quatre syndicats (CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC) sont prêts à accepter cette mesure. Seule la CGT s'y oppose, évoquant dans les colonnes du quotidien économique une solution «ni acceptable ni à la hauteur des enjeux». Le patronat proposait d'aller beaucoup plus loin, en proposant de geler les pensions pendant trois ans pour économiser 4 milliards d'euros par an d'ici 2017.

Les syndicats exigeront néanmoins des contreparties, notamment un effort du patronat sur les cotisations: leur hausse de 0,1 point permettrait une rentrée d'argent d'un peu moins de 600 millions d'euros. Il est donc peu probable qu'un accord précis soit acté dès ce vendredi. Les partenaires sociaux ont jusqu'à mars pour trouver une solution.

99 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • launor
    15 janvier18:32

    J' aime bien le contraste entre la vidéo montrant une petite vieille dans l'obscurité de sa chambre et la pub pour un hiver inoubliable dans la chaleur des lagons (séjour haut de gamme)La lutte des classes sera donc toujours d'actualité.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer