Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le patrimoine se met au vert

Le Figaro31/05/2013 à 21:01
La forêt séduit toujours les investisseurs, autant pour le plaisir de la chasse que pour ses avantages fiscaux.

Depuis 1997, le prix de la forêt française (corrigé de l'inflation) a bondi de 46 %. Entre 2009 et 2011, il s'est même envolé de 19,5%. De quoi faire rêver les investisseurs. Mais l'an dernier, la tendance s'est inversée. Si les petites forêts, de 1 à 10 hectares, souvent achetées par les particuliers pour la chasse, l'agrément ou le bois de chauffage, ont vu encore leurs prix progresser de 10%, les superficies plus importantes ont marqué le pas. Au total, le prix moyen des forêts en France a reculé de 1,5% (3930 euros l'hectare, selon l'indicateur de la Société forestière et des Safer).

«Mais sur les grandes forêts de plus de 100 hectares avec une valeur patrimoniale, la demande des investisseurs est très forte, et les prix progressent toujours», note Gilles Seigle, PDG de la Société forestière qui gère les forêts d'institutionnels ou de particuliers. «La baisse de 2012 est surtout liée au recul des prix dans le sud de la France, où les investisseurs sont peu présents», ajoute Michel de Warren, directeur des investissements et de la gestion privée de la Société forestière.

Si l'évolution des prix est suivie avec tant d'attention, c'est que la rentabilité du placement forestier réside pour l'essentiel dans la plus-value. «Le rendement est faible, entre 1,5 et 2 % par an grâce aux coupes de bois, aux loyers de la chasse, etc.», explique Benoît Léchenault, responsable d'AgriFrance, département spécialisé en foncier rural de BNP Paribas Wealth Management. Mais l'imposition est modérée «car le revenu foncier pris en compte est un revenu cadastral forfaitaire de l'ordre de 50 euros par an et par hectare», ajoute-t-il.

Fiscalement attrayant

Les plus-values réalisées lors de la revente d'une forêt relèvent de la fiscalité de plus en plus lourde des plus-values immobilières. Mais pour la grande majorité des acquéreurs, âgés de plus de 60 ans, la forêt est un placement fiscalement attrayant. «Beaucoup investissent pour transmettre à leurs proches. Au moment de calculer les droits de donation ou de succession, les forêts profitent en effet d'un abattement de 75 %. L'impôt ne frappe que 25 % de leur valeur», observe Benoît Léchenault. De même, les forêts entrent dans l'assiette de l'ISF pour 25 % de leur prix.Mieux, les nouveaux groupements forestiers, qui rassemblent des investisseurs prêts à acheter des parts pour devenir collectivement propriétaires d'une forêt, ouvrent droit à une réduction sur le montant de l'ISF à régler dans l'année. «Elle est de 50 % de l'investissement, pris en compte à hauteur de 90.000 euros au maximum, soit 45.000 euros de réduction d'impôt», rappelle Christine Chiozza-Vauterin, responsable de l'offre immobilière chez Banque privée 1818. Cet établissement, comme d'autres, commercialise les groupements forestiers conçus et gérés par la Société forestière. «Un placement accessible à partir de 100.000 euros», précise-t-elle. «Comme seuls 90.000 euros profitent de la réduction d'ISF, les 10.000 euros restants donnent droit à une réduction d'impôt sur le revenu de 18 %, dans certaines limites», ajoute-t-elle.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.